VIDEO. En Chine, Manuel Valls vante une France «attractive» et «pro-business»

DIPLOMATIE Manuel Valls entame sa deuxième journée en Chine où il sera reçu dans l’après midi par Xi Jinping, le président chinois…

F.P. avec AFP

— 

Le Premier ministre Manuel Valls en visite sur un site industriel d'Airbus à Tianjin en Chine, le 29 janvier 2015.
Le Premier ministre Manuel Valls en visite sur un site industriel d'Airbus à Tianjin en Chine, le 29 janvier 2015. — SIPA

Manuel Valls a poursuivi vendredi à Pékin son offensive pour attirer les investissements chinois en France, en faisant la promotion d'un pays «attractif, pro-entreprises, et qui se réforme».

«Oui, la France est ouverte aux entreprises chinoises! Oui, vos investissements - nous savons tous que la Chine a des capacités financières tout à fait considérables - sont les bienvenus », a déclaré le Premier ministre devant les milieux économiques chinois.

La France? «Un pays pro-entreprises», «pro-business»

La «réalité», a-t-il insisté au deuxième jour de sa visite officielle en Chine, est que « la France est un pays attractif, un pays pro-entreprises, un pays pro-business, qui avance et se réforme».

«La France est un pays qui vous attend, mon gouvernement souhaite lever tous les obstacles pour permettre à tous les investisseurs chinois de venir. Ne craignez ni notre droit, ni notre droit social, ni la réalité française, au contraire, c'est un pays qui vous permettra de faire de très belles affaires. Donc bienvenue en France», a encore dit le chef du gouvernement.

Manuel Valls a évité de justesse de qualifier la France et la Chine d'«alliés fidèles», en s'écartant du texte de son discours remis à la presse, pour y préférer une formule plus conforme aux réalités diplomatiques.

Manuel Valls reçu par le président chinois ce vendredi après-midi

Manuel Valls devait être reçu dans l'après-midi par le président chinois Xi Jinping et par le numéro trois de l'Etat communiste, le président de l'Assemblée nationale populaire Zhang Dejiang.

Comme jeudi, Manuel Valls a de nouveau appelé à « rééquilibrer » les relations économiques franco-chinoises. «Trop d'obstacles continuent de freiner nos échanges», a-t-il dit, expliquant avoir décidé jeudi avec son homologue chinois, Li Keqiang, de « travailler à la levée de ces entraves».

Dans le domaine de l'agroalimentaire (lait, viande, charcuterie, vin) notamment, « nous souhaitons qu'une série d'obstacles administratifs soient levés». Concernant le nucléaire, pierre angulaire de la coopération franco-chinoise, Manuel Valls a par ailleurs proposé « un nouveau partenariat nucléaire de grande ambition et qui doit dans les années qui viennent couvrir l'ensemble du cycle de l'amont à l'aval ».

Porter à 50.000 le nombre d'étudiants chinois en France

Hors du volet économique, la France veut également porter à 50.000 le nombre d'étudiants chinois en France - contre 35.000 actuellement - et à 5 millions le nombre de touristes par an d'ici 2020, a-t-il rappelé.