Accident d'un F-16 en Espagne: Le Drian «marqué de manière définitive»

ACCIDENT Le ministre de la Défense s'est rendu à la base de Los Llanos en Espagne où un accident d'avion a fait onze morts dont neuf Français...

20 Minutes avec AFP

— 

Des avions de combat sur la tarmac de la base de Los Llanos en Espagne, le 27 janvier 2015
Des avions de combat sur la tarmac de la base de Los Llanos en Espagne, le 27 janvier 2015 — Jose Jordan AFP

Jean-Yves Le Drian s'est dit «marqué de manière définitive», mardi en allant à la rencontre des militaires français déployés à la base de Los Llanos, en Espagne, où un F-16 grec s'est écrasé lundi faisant onze morts dont neuf Français.

«Dans la vie d'un ministre de la Defense, il y a certaines journées qui marquent de manière definitive», a déclaré Jean-Yves Le Drian devant quelque 70 militaires français, en présence de son homologue espagnol Pedro Morenes et du chef d'etat-major de l'armée de l'Air française, Denis Mercier. «Aujourd'hui ce drame d'Albacete (sud-est) nous affecte tous et marque définitivement notre mémoire collective», a-t-il ajouté. «La communauté de défense toute entière est profondément meurtrie comme le sont l'ensemble de nos concitoyens». «Quelque soit votre grade, je mesure la gravité de votre engagement au service de la France», a-t-il ajouté.

>> Que s'est-il passé sur la base de Los Llanos

Les militaires française présents étaient presque tous de la base 133 de Nancy

Le ministre s'est posé peu avant 17h sur la base aérienne, 24 heures après le crash d'un F-16 grec dans lequel neuf Français et deux Grecs ont trouvé la mort, à quelque 250 km au sud-est de Madrid. Les militaires français présents au moment de l'accident sont «manifestement traumatisés par ce qu'ils ont vécu, impuissants. Ils étaient presque tous de la base 133 de Nancy, ils étaient dans un exercice de perfectionnement. C'est un acccident horrible et insupportable», avait-il déclaré dans l'avion.

L'accident a blessé neuf autres Français et douze Italiens, selon les ministères français et italien de la Défense. Quatre français ont déjà quitté l'hôpital et sur les cinq autres au moins deux pourraient être rapatriés dès mercredi. C'est pour l'armée française l'une des journées les plus noires, depuis une embuscade dans la vallée d'Uzbin (est de l'Afghanistan) en 2008, qui avait fait dix morts.

>> Crash d’avions militaires: Les pires accidents à l'entraînement ou en démonstration