Loi Macron: Le texte ne manque pas de soutiens au centre et à droite

POLITIQUE Radiographie des députés de la droite et du centre tentés de voter la loi Macron, examiné à partir de ce lundi à l’Assemblée nationale…

Anne-Laëtitia Béraud

— 

Le ministre de l'Economie, Emmanuel Macron, à l'Assemblée nationale, à Paris, le 20 janvier 2015
Le ministre de l'Economie, Emmanuel Macron, à l'Assemblée nationale, à Paris, le 20 janvier 2015 — Martin Bureau AFP

Top départ de la loi Macron, ce projet de loi pour la croissance et l’activité porté par le ministre de l’Economie Emmanuel Macron. Ce texte visant la libéralisation de l’économie française est examiné à partir de ce lundi à l’Assemblée nationale. Il hérisse une partie de la gauche... et trouble favorablement nombre de parlementaires à droite et au centre. Radiographie de ces séduits et indécis…

>> Sondage: 60% des Français approuvent la loi Macron

A l’UMP, la consigne édictée par le président du parti Nicolas Sarkozy, via le chef des députés UMP Christian Jacob, est un «non» catégorique à ce texte. Cependant, le député Frédéric Lefebvre, qui a déjà soutenu le pacte de responsabilité en 2014, votera pour. Tout comme Thierry Mariani, ou encore le libéral Hervé Mariton, ancien candidat à la présidence de l’UMP.

Parmi ceux qui refusent de voter à 100% cette loi, mais qui en font un éloge, figurent les députés Olivier Carré (Loiret), Laurence Arribagé (Haute-Garonne), Benoist Apparu (Marne), Thierry Solère (Hauts-de-Seine), un proche de Bruno Le Maire. Le conseiller politique de Nicolas Sarkozy à l'UMP, le député Luc Chatel, réserve encore son vote.

>> Lire: Ce que la loi Macron va changer dans les transports

 

Chez les sénateurs, Gérard Longuet et Roger Karoutchi ne sont pas insensibles aux charmes de ce texte. Et s'il n'est plus parlementaire, l’ancien secrétaire d'Etat aux PME et au Commerce Hervé Novelli estime que le texte porté par Emmanuel Macron «contient beaucoup de mesures qui peuvent permettre de faire sauter de nombreux blocages qui pénalisent l’économie réelle», affirme-t-il à l’Opinion le 14 janvier.

Quant à l’UDI, le patron centriste Jean-Christophe Lagarde a appelé les parlementaires à voter contre la loi Macron. Cependant, le député des Hauts-de-Seine Jean-Christophe Fromantin y  est favorable. Philippe Vigier, le patron des députés UDI, n’y est pas insensible. Tout comme Hervé Morin, qui «réserve encore son vote», a-t-il affirmé vendredi à 20 Minutes.