Lutte contre le terrorisme: Cazeneuve répond aux idées de Sarkozy par voie postale

ANTERRORISME Le «Journal du dimanche» publie sur son site Internet une lettre du ministre de l’Intérieur adressée au président de l’UMP…

L.Be.
— 
Le ministre de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve, los d'une conférence de presse, le 19 janvier 2015 à Nanterre
Le ministre de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve, los d'une conférence de presse, le 19 janvier 2015 à Nanterre — Patrick Kovarik AFP

Le ton est ferme mais cordial. Bernard Cazeneuve répond par écrit aux propositions de Nicolas Sarkozy. Dans une lettre publiée ce samedi par le site Internet du Journal du dimanche et datée du 17 janvier, le ministre de l’Intérieur revient point par point sur les idées de l’ancien chef de l’Etat en matière de lutte contre le terrorisme.

Renforcer la coopération internationale

Nicolas Sarkozy avait, en effet, adressé des suggestions, lui aussi par écrit, au résident de la place Beauvau. En cinq feuillets, Bernard Cazeneuve commence par des remerciements envers le président de l’UMP et sa formation politique pour s’être «pleinement engagés dans la démarche de rassemblement et d’unité nationale» au lendemain des attentats de Paris.

Admettant sa volonté de renforcer la coopération internationale, il confirme son «ambition» de réformer l’espace Schengen. Sur la question des réductions de postes dans la police et la gendarmerie «au cours des dernières années», il affirme que le gouvernement organise le renforcement des moyens. 13.700 postes avaient été supprimés. «Le gouvernement a décidé, non seulement, de préserver ces forces de l’effort national d’économies, mais aussi de recruter 500 agents supplémentaires», reconfirme-t-il dans sa missive.

La déchéance de nationalité

Bernard Cazeneuve revient, par ailleurs sur la déchéance de nationalité pour les terroristes ayant la double nationalité. Renvoyant aux avis du Conseil constitutionnel, il précise que «le gouvernement entend retirer la nationalité française aux personnes condamnées pour des actes à caractère terroriste dès lors que les conditions légales sont réunies». En effet, il faut être binational, le code civil interdit de déchoir un individu s'il devient apatride. Il conclut enfin être «disposé à étudier avec la plus grande attention les propositions émanant de l’opposition».