Attentat contre «Charlie Hebdo»: Pour Sarkozy, la France doit «se défendre sans faiblesse»

ATTENTAT Le président de l'UMP a réagi en appelant à l'«union nationale» après l'attaque meurtrière au siège de «Charlie Hebdo»...

20 Minutes avec AFP

— 

Nicolas Sarkozy au siège de l'UMP à Paris le 7 janvier 2015.
Nicolas Sarkozy au siège de l'UMP à Paris le 7 janvier 2015. — CAU ANTOINE/SIPA

Nicolas Sarkozy, président de l'UMP, a exprimé sa «profonde émotion» après l'attentat commis dans les locaux de Charlie Hebdo à Paris ce mercredi, un «acte abject qui heurte la conscience humaine», et a estimé que la France devait «défendre sans faiblesse» sa «démocratie (qui) est attaquée».

>> Suivez l'évolution de la situation en direct par ici

«Je tiens à exprimer ma profonde abjection face à cet acte barbare qui heurte la conscience humaine. Les journalistes et la rédaction de Charlie Hebdo ont été pris pour cible, c'est une atteinte directe, sauvage, à l'un de nos principes républicains les plus chers, la liberté d'expression», a déclaré Sarkozy depuis le siège de l'UMP.

Refuser l'amalgame

«Notre démocratie est attaquée, nous devons la défendre sans faiblesse. La fermeté absolue est la seule réponse possible.» «La France est frappée au coeur, la République doit se rassembler, j'appelle tous les Français à refuser la tentation de l'amalgame et à présenter un front uni face au terrorisme, à la barbarie et aux assassins », a également déclaré l'ancien chef de l'État.

«Les coupables de ces actes barbares doivent être poursuivis et châtiés avec la plus extrême sévérité», a poursuivi Nicolas Sarkozy, qui a évoqué un «impératif d'unité nationale» auquel «nul ne peut et ne doit se soustraire» au sein de la classe politique française.

>> A lire Attaque à «Charle Hebdo»: Appel à témoins de la police

«Le gouvernement doit prendre des mesures fortes contre le terrorisme; nous devons élever notre niveau de vigilance, et notre formation politique soutiendra sans réserve toutes les initiatives du gouvernement qui iront dans ce sens», a-t-il encore affirmé.

Dans l’après-midi, le Premier ministre, Manuel Valls, a appelé Nicolas Sarkozy pour le convier, ainsi que son parti, à la manifestation de samedi qui rendra hommage aux victimes de l’attentat contre Charlie Hebdo.  Le président de l’UMP se serait dit favorable à cette participation.