L’UMP réclamerait 28 millions d’euros à Bygmalion

POLITIQUE Selon le site internet de «L’Express», le parti de Nicolas Sarkozy aurait décidé d’ajouter son nom à la liste des créanciers de l’entreprise de communication…

Vincent Vantighem

— 

Illustration: Le siège de l'UMP à Paris, le 19 mars 2013.
Illustration: Le siège de l'UMP à Paris, le 19 mars 2013. — WITT/SIPA

Peut-on être victime et auteur d’une infraction en même temps? L’UMP pense que c’est possible. Selon le site internet de L’Express, le parti présidé par Nicolas Sarkozy aurait décidé de réclamer 28 millions d’euros à Bygmalion, la société de communication qui l’a plongé dans une polémique liée aux frais de campagne de l’ancien chef de l’Etat.

>> Bygmalion: L'enquête élargie au «financement illégal»

Le site internet de l’hebdomadaire explique en effet que le parti aurait décidé, au dernier moment, d’ajouter son nom à la liste des créanciers de l’ancienne société de Bastien Millot mise en liquidation judiciaire le 18 juillet 2014 par le tribunal de commerce de Paris.

Plusieurs cadres de l’UMP mis en examen

Le chiffre de 28 millions d’euros ne doit rien au hasard. Toujours selon L’Express, il s’agirait de la totalité des sommes que l’UMP aurait versées à la société Bygmalion pour l’organisation d’événements de communication liés à la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy et à la vie du parti.

Une décision qualifiée de «surprenante» par L’Express qui rappelle que plusieurs cadres de l’UMP ont été mis en examen dans le cadre de l’information judiciaire ouverte pour «faux et usage de faux», «abus de confiance» et «tentative d’escroquerie».

Un système de fausses facturations

Les juges soupçonnent en effet l’UMP d’avoir mis en place un système de fausses facturations avec la société Bygmalion dans le but de dissimuler le dépassement d’environ 18 millions d’euros du montant légal des dépenses de campagne de Nicolas Sarkozy en 2012.

Contacté par 20 Minutes, Sébastien Huyghe, l'un des deux porte-parole du parti, confirme tout en nuançant cette information. «C'est la suite logique de la plainte contre X que l'UMP a déposé au tout début de l'affaire, explique-t-il. Il n'y a rien de nouveau pour nous.» Si ce n'est sur le montant avancé par L'Express. «Le chiffre de 28 millions me semble élevé, poursuit le porte-parole. Nous demandons bien le remboursement des 18 millions d'euros détournés par Bygmalion à travers les fausses factures plus des compensations. Mais pour moi, cela doit plutôt tourner autour de 20 millions d'euros.»