Laurence Pieau, directrice de la rédaction de Closer.
Laurence Pieau, directrice de la rédaction de Closer. — C. VINCENT / SIPA

INTERVIEW

Interview de Mélenchon à «Closer»: «Aucun homme politique ne peut ignorer la puissance de notre magazine»

La directrice de la rédaction du magazine revient sur l'interview de Jean-Luc Mélenchon dans le magazine à l'origine de l'outing de Florian Philippot et de la révélation de l'idylle entre François Hollande et Julie Gayet...

Encore un homme politique à la une de Closer. Après l'affaire Philippot, le magazine people met en bonne place Jean-Luc Mélenchon dans son édition de vendredi. Pas de scoop sur sa vie privée toutefois, mais une longue interview accordée par le leader du Front de gauche, malgré l'outing du responsable FN. Une manière pour le titre de boucler une année très politique, débutée sur les chapeaux de roue avec la révélation de l'histoire entre François Hollande et Julie Gayet. Laurent Pieau, la directrice de Closer s'explique à 20 Minutes.

>> Lire aussi: Mélenchon dans Closer, une opération gagnant-gagnant

Qui a pris l’initiative de cette interview?

Tout est parti d’un pari que Jean-Luc Mélenchon a lancé en février dernier chez Ruquier, après le scandale Gayet/Hollande. Il avait dit: «J'irais volontiers chez Closer, moi. Ça m'amuse trop. Pas pour parler de ma vie privée mais pour faire enrager les autres». On avait tout de suite rebondi et je lui ai envoyé un SMS pour lui dire qu’il était le bienvenu dans nos colonnes. On l’a relancé régulièrement, classiquement, puis on a déjeuné ensemble à la rentrée pour se connaître et pour le convaincre.

Jean-Luc Mélenchon n’est pas très fan de la presse people*, qu'est-ce qu'il y gagne?

Qu'il nous donne une interview peut étonner mais finalement, ce n'est pas illogique puisque sa ligne directrice, c’est la transgression. Alors oui, c'est le premier homme politique de cette envergure que nous avons à Closer [seule Nadine Morano avait donné un entretien au magazine auparavant] et le premier tout court à venir dans nos locaux car ça le faisait marrer de venir voir la rédaction. Il inaugure quelque chose et il apprécie cela. Lui-même est convaincu que désormais, tous les autres politiques vont vouloir parler chez nous. Mais au-delà de la transgression, c'est un moyen pour lui de parler au plus grand nombre, à des gens qui ne s'intéressent pas forcément à la politique. Il faut saluer sa démarche, de venir parler sans tabou à un magazine people. Mais en audience globale, on pèse neuf millions de lecteurs. Aucun homme politique ne peut ignorer la puissance de notre magazine. Et lui va y trouver son compte car ça va beaucoup faire parler. Même s'il ne se prive pas pour nous dire qu’il n’aime pas ce qu’on fait.

Vous n'avez pas peur de déstabiliser vos lecteurs plus habitués aux photos volés de stars qu'aux interviews politiques?

Ce n’est pas une interview politique à proprement parler, cela reste grand public, il est très didactique. Oui, il parle de la VIe République, de l’écosocialisme, mais il parle aussi  du travail le dimanche. Il sait que notre lectorat est surtout féminin et que ce sujet touche beaucoup les femmes. Il explique aussi son cheminement vers le féminisme, alors que lui, l’homme méditerranéen ne baignait pas dans l'environnement le plus féministe. L’idée, ce n'est pas de le rendre fantastique, mais c’est de le faire découvrir sous un autre jour, de montrer l’homme qu’il est. Aujourd'hui, parler des politiques de manière un peu différente fait parti de l'identité de notre titre.

Le tabou entre vie politique et presse people a définitivement sauté?

On n’a pas vocation à refaire ça chaque semaine même si je pense que cette interview va ouvrir la voie à d’autres. C'est comme pour tout dans la vie. Ce sera plus simple pour d’autres élus de venir si d’autres l’ont fait. Quant au tabou, il faut relativiser. On est le média qui s’inscrit dans la peopolisation de la vie politique. On a été les premiers à mettre une femme politique en maillot de bain en Une, c’était Ségolène Royal en 2006. En 2007, un an après, c’est le JDD qui a mis une photo de Ségolène Royal à la plage en Une pour sa rentrée…

*Jean-Luc Mélenchon est un récidiviste car il a par le passé donné une interview à Voici et à Gala