Révélations de Closer sur Florian Philippot: Tout savoir sur «l’outing»

HOMOSEXUALITE 20 Minutes vous dit tout sur cette pratique dont a récemment été victime Florian Philippot...

Thibaut Le Gal

— 

Florian Philippot, vice président du FN, le 29-11-2014.
Florian Philippot, vice président du FN, le 29-11-2014. — APERCU/SIPA

Florian Philippot a été «outé» par Closer. Le magazine people révèle l’homosexualité du numéro 2 du FN en publiant des photos de lui et son compagnon. 20 Minutes vous dit tout sur «l’outing» des politiques, une pratique pas inédite en France.

Qu’est ce que «l’outing»?

«L’outing» est le fait de révéler publiquement l’homosexualité d’une personne sans son consentement. Le terme apparaît à la fin des années 80 aux Etats-Unis. Les activistes d’Act Up estiment que la peur «des séropositifs et l’homophobie «fait le jeu du sida» et que la lutte des gays doit passer par la visibilité, qu’elle soit volontaire, ou contrainte», rappelle les Inrocks en 2012. «Le silence c'est la mort», proclame alors l'association. Didier Lestrade, cofondateur d’Act Up, offre une définition plus politique. «L’outing est une arme légitime quand on considère qu’une personne prend des décisions publiques qui vont à l’encontre de son identité homosexuelle»

«L’outing» est-il nouveau?

Non. Act Up Paris menace d’utiliser l’outing lors des manifestations contre le Pacs en 1999. «Nous avions été informés de la présence d'un député de droite à cette manifestation particulièrement homophobe. Nous avons donc décidé de le menacer d’outing», explique Philippe Mangeot, président de l’association de 1997 à 1999, aux Inrocks. Finalement, l'association renonce. «Face à la pression médiatique, Act Up a manqué de courage. Cette décision a coupé la dynamique de l’outing en France», regrette Didier Lestrade.

Jean-Luc Romero, lui, a  été «outé». Le magazine gay gratuit, E-M@le révèle en octobre 2.000 l’homosexualité du membre du RPR pour dénoncer la campagne municipale de Philippe Seguin à Paris. «J’avais prévu de faire l’annonce moi-même un mois plus tard. Cela aurait été beaucoup moins violent, et surtout, j’aurais eu le temps d’en parler avec ma mère. Elle a été très ébranlée. Politiquement, j’ai été marginalisé pendant deux ans. J’ai dû me retirer de la campagne des municipales [...] j’étais devenu une sorte de pédé honteux», expliquait-il à 20 Minutes.

En 2011, David-Xavier Weiss, secrétaire national de l’UMP porte plainte contre Le Canard enchaîné pour violation de la vie privée et diffamation. L’article en question cite Roger Karoutchi, qui dévoile à la police que l’homme est «son compagnon depuis sept ans».

Que dit la loi?

En France, la jurisprudence n’est pas claire. L’outing de Jean-Luc Romero est condamné en 2004. La justice estime que si le journaliste a eu raison de «mettre en exergue l'adéquation entre les idées défendues par Jean-Luc Roméro et les combats menés par la communauté homosexuelle, il n'impliquait pas pour autant de faire état de (son) homosexualité sans son consentement». 3.000 euros de dommages et intérêts ont été versés à l'intéressé.

De son côté, Octave Nitkowsky révèle en 2013 l’homosexualité de deux responsables du Front national dont Steve Briois, le maire d'Hénin Beaumont, dans un livre. Poursuivi, l’auteur peut finalement conserver les passages concernant Steve Briois. La cour estime que «le droit du public à être informé» de l’homosexualité de Steve Briois primait sur «le droit au respect de ce pan de sa vie privée». «L'évocation de l'homosexualité de Steve Briois et de la supposée influence de cette orientation sexuelle sur la politique du Front national [était] de nature à apporter une contribution à un débat d'intérêt général».

Que disent les associations LGBT?

SOS  homophobie dénonce sur son site «un acte d’une grande violence, qui peut exposer et fragiliser» la personne homosexuelle. Vincent Viollain, président délégué de Gay Lib dénonce «la violence de la méthode» mais voit dans la «condamnation unanime de la classe politique», une preuve que «l’homosexualité, n’est toujours pas assumée dans la société». L'Association des Journalistes Lesbiennes Gay Bis et Trans (AJL) remarque que «près d'un an et demi après l’adoption de la loi Taubira, la révélation de son homosexualité [Florian Philippot] permet peut-être de commencer à comprendre la relative discrétion de la direction du FN lors des «débats» et des manifestations anti-égalité. En cela, et seulement en cela, elle peut être utile».