VIDEO. Marine Le Pen récuse avoir défendu la torture... que Gilbert Collard défend

POLEMIQUE Elle avait déclaré qu'utiliser la torture pourvait être parfois «utile»...

M.P. avec AFP

— 

Marine Le Pen le 29 novembre 2014 à Lyon
Marine Le Pen le 29 novembre 2014 à Lyon — Jeff Pachoud AFP

Marine Le Pen, présidente du Front national, a estimé mercredi qu'il pouvait être «utile» dans certains cas, comme dans les affaires terroristes, d'avoir recours à la torture alors qu'elle était interrogée sur le rapport américain mettant au jour les méthodes peu orthodoxes de la CIA.  «Moi je ne condamne pas», a-t-elle affirmé sur BFM TV.

«Quand une bombe -tictac tictac tictac»

«Sur ces sujets-là, il est assez facile de venir sur un plateau de télévision pour dire: "hou la la ! C'est mal" », a-t-elle lancé, ajoutant: «Il peut y avoir des cas, permettez-moi de vous dire, quand une bombe -tictac tictac tictac - doit exploser dans une heure ou deux et accessoirement peut faire 200 ou 300 victimes civiles, où il est utile de faire parler la personne» et d'avoir recours à la torture.

«Moi je crois que les gens qui s'occupent de terroristes et accessoirement de leur tirer des informations» qui «permettent de sauver des vies civiles, sont des gens qui sont responsables», a déclaré la présidente du parti d'extrême droite, rappelant que «oui bien sûr, cela a été utilisé dans l'Histoire».

Des propos qui ont provoqué l'émoi, notamment du député radical Alain Tourret: «C'est un retour sur les fondements mêmes de la République. C'est la première fois depuis la guerre d'Algérie» qu'un responsable politique s'exprime ainsi, estimant que «légitimer la torture» est «un scandale absolu».

Mais la présidente du FN a assuré sur Twitter qu'elle ne défendait pas pour autant l'usage de la torture: 

La présidente du FN aurait toutefois pu se consoler avec le soutien de Gilbert Collard, qui a défendu sur i-Télé l'utilisation de la torture comme «recours ultime» pour «sauver des vies». «C'est vrai que la torture doit être le recours ultime quand il faut sauver des vies, la torture pour la torture c'est ignoble, mais cette espèce de lâcheté qui consiste à dire: "tant pis que les innocents meurent pourvu que j'ai les mains propres"», a développé le député Rassemblement bleu marine (RBM) du Gard.