Conseil constitutionnel: Lionel Jospin va remplacer Jacques Barrot

POLITQUE L'ancien Premier mnistre a accepté de terminer le mandat de l'ancien ministre...

M.P.

— 

Lionel Jospin le 13 mai 2014 à Tourcoing
Lionel Jospin le 13 mai 2014 à Tourcoing — Philippe Huguen AFP

Lionel Jospin va remplacer Jacques Barrot au Conseil constitutionnel. L'ancien Premier ministre a accepté, sur proposition du président de l'Assemblée nationale Claude Bartolone, de terminer le mandat de Jacques Barrot, mort le 3 décembre dernier, explique Le Monde, une information confirmée par l'AFP.

Jacques Barrot était entré au Conseil constitutionnel en 2010 sur nomination de l'ancien président UMP de l'Assemblée, Bernard Accoyer, et son mandat prenait fin en 2019. Lionel Jospin, âgé de 77 ans, siégera donc cinq ans.

Pour «rehausser l'image du Conseil constitutionnel»

L’ancien Premier ministre, actuellement en Australie, et qui avait dirigé une mission sur la moralisation de la vie publique en 2012, devrait prendre ses fonctions dans une dizaine de jours, selon le quotidien du soir. Sa candidature doit être soumise à la commission des lois de l’Assemblée mais cette procédure relève de la pure formalité.

«Je voyais bien que son talent n'était pas assez utilisé», a expliqué au Monde Claude Bartolone,qui compte ainsi «rehausser l'image du Conseil constitutionnel». Pas très sympa pour ses petits camarades.

Les premières réactions à cette nomination sont favorables y compris dans l'opposition où on évoquait la légitimité de l'ancien chef de gouvernement (Christian Jacob, UMP) et sa «droiture reconnue» (Philippe Vigier, UDI).

Manuel Valls satisfait

Manuel Valls, qui fut un collaborateur très proche de Jospin à Matignon, a marqué sa satisfaction. En déplacement à Prague, le Premier ministre a lancé : «Lionel Jospin s'est retiré de la vie politique mais ses réflexions, sa vision de la France, de la démocratie, des libertés, des droits, sont très importantes et sa voix sera, je n'en doute pas, utile, au Conseil constitutionnel, en toute indépendance bien sûr».

«C'est une grande personnalité de la vie politique et je trouve que c'est un beau parcours qu'il continue à faire et je remercie le président de l'Assemblée nationale d'avoir fait ce choix», a-t-il insisté.