Bayrou recycle contre «la crise»

P. K. (avec AFP)

— 

François Bayrou s'est présenté lundi à Reims comme le seul capable de résoudre "la crise exceptionnelle" du pays, face à Nicolas Sarkozy et Ségolène Royal qui "n'en ont pas les moyens", compte tenu de leur "base étroite".
François Bayrou s'est présenté lundi à Reims comme le seul capable de résoudre "la crise exceptionnelle" du pays, face à Nicolas Sarkozy et Ségolène Royal qui "n'en ont pas les moyens", compte tenu de leur "base étroite". — Alain Julien AFP

François Bayrou est peut-être centriste, mais le candidat UDF n’a pas voulu rester dans la demi-mesure quand il a diagnostiqué la France, mardi, en présentant son programme. Selon lui, le pays vivrait «la crise la plus grave de son histoire récente.» Une crise «de confiance», à la fois «sociale», «économique» et «démocratique».
 
«Rendre le pouvoir aux Français»
 
En décrue dans les sondages, François Bayrou ne faiblit pourtant toujours pas dans le discours. Se présentant comme le candidat antisystème, il a désigné les coupables, toujours les mêmes, l'UMP et le PS, qui «ont perverti nos institutions et n'ont porté devant l'opinion aucune réforme sérieuse».
 
Loin de l’image de centriste mou, François Bayrou a quasiment appelé à la révolution, pour «enlever le pouvoir aux deux appareils dominants et le rendre aux Français.»
 
En bon agrégé de lettres classiques, le candidat UDF sait que crise vient du grec krisis, qui signifie décision. Le diagnostic est toujours le même, les solutions aussi. Les mesures présentées par François Bayrou (pas de budget en déficit, deux emplois sans charges…) avaient déjà été annoncées par le candidat. Seule nouveauté de la journée, elles sont maintenant regroupées dans un document de campagne, frappé du slogan «la France de toutes nos forces», de vingt pages et seize chapitres, tiré à dix millions d'exemplaires, et destiné à être distribué à tous les Français.

Pour les plus patients, la conférence de François Bayrou en vidéo (89 minutes):