VIDEO. L'intervention de Manuel Valls au JT de France 2 divise

REACTIONS L'UMP a notamment reproché au Premier ministre son absence d'annonce...  

Delphine Bancaud

— 

French Prime Minister Manuel Valls sits prior to taking part in the evening news broadcast of French TV channel TF1 on December 7, 2014 in Boulogne-Billancourt, outside Paris.  AFP PHOTO / FRANCOIS GUILLOT
French Prime Minister Manuel Valls sits prior to taking part in the evening news broadcast of French TV channel TF1 on December 7, 2014 in Boulogne-Billancourt, outside Paris. AFP PHOTO / FRANCOIS GUILLOT — AFP

Comme a son habitude, Manuel Valls a suscité des réactions contrastées ce dimanche après son intervention au 20 heures de France 2.

Le Medef a déclaré qu'il attendait des «actes concrets» du gouvernement qui «redonneront confiance aux entreprises». Reconnaissant que «les engagements pris sur un certain nombre de problèmes concernant les entreprises vont dans le bon sens», l'organisation patronale «regrette que le Premier ministre n'ait pas annoncé» quatre mesures pour satisfaire ses revendications.

Moins mesuré, l'UMP a taclé le Premier ministre dans un communiqué: «Une fois de plus, Manuel Valls a agité les mots et accumulé les phrases sans admettre que notre pays est aujourd'hui, hélas, victime d'un triple record: chômage à un niveau jamais atteint, dépense publique qui continue à progresser et impôts à un seuil en 2014 jamais connu (...) Au total, aucune initiative nouvelle, aucune proposition concrète et malheureusement aucune perspective de redressement contrairement à ce qui se passe chez un certain nombre de nos partenaires européens, contribuant à démontrer qu'une politique différente autoriserait de véritables résultats».

Le manque d'annonce fustigé

Même son de cloche chez Bruno Retailleau, président du groupe UMP au Sénat: «Nous avons eu un Premier ministre très content de lui qui n'a rien proposé de nouveau, alors que les Français attendaient un réformateur (...) (Il) a bien du mal à faire preuve d'autorité et de courage. Les grands projets indispensables pour moderniser notre pays et pour donner du travail à nos entreprises sont bloqués par des groupuscules qui défient l'autorité de l'Etat».

Sur Twitter, le sénateur UMP, Roger Karouchi a souligné la forme de l'intervention de Valls, mais pas le fond.

 

 

Toujours amateur d'un bon mot, l'ex-président du Parti de gauche, Jean-Luc Mélechon s'est aussi fait plaisir sur le réseau social.

 

Les pro Valls à l'unisson

Mais plusieurs voix socialistes ont salué la prestation du premier ministre, à l'instar de Jean-Paul Huchon, président PS de la région Ile-de-France: «Le Premier Ministre a envoyé ce soir un message de confiance à la gauche et aux Français. Il a redit sa volonté d'agir pour la justice sociale et contre les inégalités dans le rassemblement le plus large. Il a réaffirmé le cap économique fixé par le président de la République, celui du pacte de responsabilité, qui implique les entreprises, l'ensemble de partenaires sociaux et les collectivités de notre pays», a-t-il rédigé dans un communiqué.

Didier Guillaume, président du groupe PS au Sénat a quant à lui salué la détermination de Manuel Valls: «Je salue ses réponses sans tabou qui sont en adéquation avec les attentes légitimes des Français. L'heure est à la construction de l'avenir, le temps est au rassemblement de la majorité présidentielle.»

D'autres se sont même autorisés un brun d'emphase, tel que Jean-Jacqes Urvoas.