UMP: La nouvelle équipe du parti de Nicolas Sarkozy

ORGANIGRAMME «20 Minutes» vous présente le nouvel organigramme...

T.L.G.
— 
Le Logo de l'UMP sur une vitre au siège du parti dans le Xvème arrondissement de Paris
Le Logo de l'UMP sur une vitre au siège du parti dans le Xvème arrondissement de Paris — NICOLAS MESSYASZ/SIPA

Après l’élection, l’organisation. Depuis samedi, Nicolas Sarkozy est le nouveau patron de l'UMP. L’ancien chef de l’Etat a promis de rassembler sa famille politique. Dans cette optique, il a rencontré en début de semaine les ténors du parti pour constituer sa nouvelle équipe, prenant soin de ménager toutes les sensibilités. 20 Minutes vous détaille les esquisses de ce nouvel organigramme.

Le président: Nicolas Sarkozy

Ce n’était pas un triomphe, mais l’essentiel est là. Nicolas Sarkozy a devancé les deux autres candidats Bruno Le Maire et Hervé Mariton, avec 64.5% des voix. Le voilà à la tête du parti.

La vice-présidente: NKM

Nathalie Kosciusko-Morizet devient vice-présidente déléguée. Un communiqué du parti précise que «les secrétaires nationaux thématiques lui seront rattachés» et qu'elle sera également «chargée de la refonte des statuts du mouvement, de la rénovation du parti, des relations avec les autres formations politiques et de la stratégie électorale».

Ses proches indiquent qu'elle «a obtenu de Nicolas Sarkozy la garantie et la certitude d'une totale liberté de parole sur tous les sujets, à tout moment». Officiellement, NKM est la «numéro deux» de l'UMP, mais ce rôle est généralement dévolu au secrétaire général. «Pendant trois jours, elle a refusé le poste de vice-présidente de l'UMP», rapporte le site de l’Opinion.

Secrétaire général: Laurent Wauquiez

Dans le compromis, Laurent Wauquiez obtient le poste tant convoité de secrétaire général, officiellement le «numéro trois» du parti. Le député de Haute-Loire aura «le contrôle des choix opérationnels», en étant «chargé des fédérations, des élections, des adhésions et de la formation des élus», indique un communiqué du parti.

Le nouveau secrétaire général devrait s’entourer de trois adjoints. Le fillonniste Eric Ciotti, le juppéiste Benoît Apparu, et Gérald Darmanin, ancien porte-parole de Nicolas Sarkozy et proche de Xavier Bertrand, sont pressentis, selon BFMTV.

Les porte-parole: Isabelle Le Callennec et Sébastien Huyghe?

Selon le Figaro, Delphine Bürkli, soutien actif de Bruno Le Maire, a décliné l’invitation pour se consacrer à  son mandat de maire du IXe arrondissement de Paris. La piste la plus chaude serait celle d’Isabelle Le Callennec. La députée d'Ille-et-Vilaine offre le double avantage d’être proche de François Fillon et de féminiser la direction du parti. Elle pourrait être accompagnée de Sébastien Huyghe, député du Nord, qui reçoit déjà les félicitations sur Twitter.

Le trésorier: Daniel Fasquelle

Le poste était beaucoup moins convoité que celui de secrétaire général. Il faut dire que la dette de l'UMP s’élève à plus 74 millions d'euros. Nicolas Sarkozy a choisi un proche, Daniel Fasquelle, pour redresser les finances du parti. «J'ai déjà eu à gérer des situations financières délicates», expliquait, serein, le député du Pas-de-Calais, sur Europe 1.

Le comité des primaires: Thierry Solère président

Pour organiser les primaires de l’UMP en 2016, Nicolas Sarkozy a installé un comité présidé par Thierry Solère, proche de Bruno Le Maire. Édouard Philippe (proche de Juppé), Bernard Accoyer (de Fillon), Anne Levade (présidente de la Haute autorité), Brice Hortefeux et Luc Chatel en font également partie. Le comité remettra un rapport sur l'organisation des primaires dans un délai de deux à trois mois.

Les autres postes

Frédéric Péchenard, ancien directeur de campagne de Nicolas Sarkozy, deviendrait directeur général du parti, selon BFM TV. Par ailleurs, Hervé Mariton, Éric Woerth et Henri Guaino devraient entrer au bureau politique. La commission nationale des investitures accueillera Bruno Le Maire et Hervé Gaymard (proche d’Alain Juppé). Elle pourrait être présidée par Christian Estrosi, le maire de Nice, selon le Monde.

Enfin, la création de deux groupes de travail a été validée par le bureau politique. Hervé Mariton présidera celui chargé de faire un retour d’expérience sur l’organisation de l’élection du président de l’UMP.  Eric Doligé (sénateur du Loiret), dirigera le groupe chargé de coordonner la stratégie pour les élections départementales