François Hollande esquive une question sur le retour de Nicolas Sarkozy

POLITIQUE Interrogé sur l'élection de Sarkozy à la tête de l'UMP, le président de la République a choisi de ne pas répondre...

Maud Pierron

— 

François Hollande et Mariano Rajoy le 1er décembre 2014 à l'Elysée.
François Hollande et Mariano Rajoy le 1er décembre 2014 à l'Elysée. — L. BONAVENTURE / AFP

Cette fois il a résisté à la tentation de faire un bon mot. Interrogé sur le retour de Nicolas Sarkozy, François Hollande a botté en touche avec un trait d'humour, lors d'une conférence de presse conjointe à l'Elysée aux côtés du chef du gouvernement espagnol Mariano Rajoy.

Comme on lui demandait si l'élection de son prédécesseur à la tête de l'UMP était une «bonne nouvelle» pour le «débat démocratique», le chef de l'Etat français a relevé que son hôte espagnol venait lui-même d'éviter une question de politique intérieure.

«C'est toujours un moment délicat de quitter la vie publique»,

«Je me demandais si, par parallélisme des formes et par courtoisie, il y aurait une question française sur la politique intérieure, elle est venue et c'est ce qui me permet de ne pas y répondre», a-t-il répliqué tout sourire, avant de mettre fin à la conférence de presse de clôture du 24e sommet franco-espagnol.

Pourtant, ce week-end en déplacement au Sénégal, François Hollande n'avait pas manqué d'égratigner son ex-adversaire qui venait de se faire élire à la tête de l'UMP. Sans jamais le citer, il avait salué la mémoire de l'ex-président sénégalais Léopold Sédar Senghor, un Africain, qui «avait le sens de l'histoire». Et, saluant le départ d'Abdou Diouf du secrétariat général de l'organisation internationale de la Francophonie, Hollande avait lâché: «c'est toujours un moment délicat de quitter la vie publique», avant d'ajouter: «Il y en a qui ne s'y résignent jamais».