Congrès du FN: Les adhérents plébiscitent Marion Maréchal-Le Pen

POLITIQUE Les militants frontistes étaient sous le charme de la benjamine de l'Assemblée nationale dimanche à Lyon...

Nicolas Vaux-Montagny

— 

Marion Marechal Le Pen, le 09/11/2016.
Marion Marechal Le Pen, le 09/11/2016. — STEPHANE ALLAMAN/SIPA

«Florian Philippot est très bien, mais il est plus techno que Marion Maréchal-Le Pen. Nous avons besoin de professionnels de la politique mais en infime minorité», explique Benoit Voinchet, militant frontiste et ancien candidat aux cantonales en Seine-et-Marne.

Comme lui, la plupart des militants rencontrés ce dimanche lors du 15e congrès du Front National à Lyon se réjouissent de la montée de la benjamine du clan Le Pen. La députée du Vaucluse est arrivée en tête, samedi, du vote du comité central du parti. «Elle a un bel avenir devant elle, c'est la digne héritière, elle ira très loin», se réjouit Alain Giroud, Lyonnais de 64 ans. «Avec Marine, elle a participé au fait que les femmes s'intéressent à la politique», ajoute celui qui dit avoir «un énorme respect pour le Général de Gaulle».

Jolie et maman

«Elle représente la jeunesse, l'avenir du parti et elle est jolie», considère un militant venu d'Ardèche et visiblement conquis par la députée. Son ami Sevan Gibert, de Haute-Loire le reprend: «Mais elle a eu un bébé il y a peu, Olympe», précise-t-il. Le premier sourit, puis rougit.

«La participation de Marion à la Manif pour tous a peut-être joué, Florian Phillipot n'y était pas», assure Benoit Voinchet pour qui «il n'y a pas de lignes différentes dans le parti » mais des «écoles de pensée». «Vous avez vu les applaudissements nourris pour Bruno Gollnisch?», questionne-t-il. «Aujourd'hui, il n'y a plus de skinheads, l'arrivée de Philippot a changé cela et il est un atout pour Marine», estime-t-il.

De l'UMP au FN

«Par ce qu'elle dégage, par ses compétences, l'ascension de Marion Maréchal est natuelle», affirme Agnès Tarraso, 48 ans, qui «était à l'UMP et votait déjà FN». «La guerre Fillon-Copé a conforté mon choix et je préfère désormais suivre un parti avec une ligne cohérente», dit celle qui est venue de Limoges pour assister à son premier congrès. Pourtant, elle ne connait pas encore précisément les idées des ténors du parti. «Au niveau politique, je continue à m'instruire», précise Agnès.

«Je suis plus sur la ligne Marion que Philippot mais il fait très bien son boulot», explique Alain Giroud qui «apprécie ces différences au FN». Benoit Voinchet sait que les dissensions internes peuvent poser problème. «Il y a eu l'épisode Mégret puis Carl Lang», détaille-t-il. «Je suis rentré au FN à 16 ans, et j'y suis depuis 26 ans. Par rapport au congrès de Tours il y a trois ans, il y a beaucoup de têtes nouvelles. Le turn over en politique est positif», assure-t-il.