Le Pen évoque une «grande alliance patriote» avec Dupont-Aignan et Chevènement

POLITIQUE «Il pourrait être décidé demain que l'ensemble de ces partis se mettent ensemble pour pouvoir défendre la souveraineté de la nation et assurer sa sécurité et sa prospérité», selon la présidente du FN...

20 Minutes avec AFP

— 

La présidente du FN Marine Le Pen le 7 novembre 2014
La présidente du FN Marine Le Pen le 7 novembre 2014 — Eric Feferberg AFP

La présidente du Front National, Marine Le Pen, a évoqué dimanche la création d'une «grande alliance patriote» avec d'autres partis, notamment ceux de Nicolas Dupont-Aignan et de Jean-Pierre Chevènement, alliance qui pourrait entraîner un changement de nom du parti.

Interrogée sur le plateau de «C Politique» sur France 5 au sujet d'un éventuel changement de nom du parti pour «décomplexer» les électeurs, Marine Le Pen a répondu: «c'est en tous cas pas dans cet esprit-là qu'il pourrait être envisagé à un moment venu, ça n'est pas d'actualité». «En revanche, si un jour, il s'avère que nous arrivons à constituer avec d'autres partis politiques (...), on ne sait pas ça peut arriver, demain on peut décider de faire une grande alliance patriote parce que la situation de la France a continué à se dégrader», a-t-elle poursuivi.

«Partis patriotes»

Y a-t-il d'autres partis patriotes en France ? «Oui», a répondu Marine Le Pen. «Il y avait le parti de M. Chevènement, il y avait le parti de M. Dupont-Aignan, il y a le parti de M. De Villiers, il y a des partis patriotes en France, et il pourrait être décidé demain que l'ensemble de ces partis se mettent ensemble pour pouvoir défendre la souveraineté de la nation et assurer sa sécurité et sa prospérité». «Dans ces conditions-là évidemment on se posera la question, mais si c'est uniquement pour faire du cosmétique, ça n'a aucun intérêt», a-t-elle ajouté.

Le parti fondé par Dieudonné et Alain Soral pourrait-il faire partie de cette alliance ? «Vous voyez pas que c'est du folklore ? Que c'est de la com', que c'est de la pub ? Ils ont déjà fait de la politique ces deux-là, ils ont fait 1%, (...) reparlons de choses sérieuses», a dit Marine Le Pen. En octobre, elle avait déclaré que la question du changement de nom «mérit[ait] d'être posée», et que les militants pourraient être interrogés sur le sujet «d'ici à quelques mois».