La gauche de la gauche manifeste contre «l'austérité» Valls

MANIFESTATION Le Parti de gauche revendique «100.000 personnes» dans les rues en France ce samedi...

20 Minutes avec AFP

— 

Manifestation contre l'«austérité» à Paris le 15 novembre 2014.
Manifestation contre l'«austérité» à Paris le 15 novembre 2014. — THOMAS SAMSON / AFP

Plusieurs milliers de personnes ont manifesté ce samedi à Paris à l'appel du collectif «Alternative A l'Austérité» (3A), composé de partis de la gauche de la gauche, de syndicats et d'associations, pour «dire non à la politique d'austérité du gouvernement Valls».

Le collectif 3A organisait également une trentaine de manifestations dans plusieurs villes de province, dont Toulouse, Bordeaux ou Strasbourg «contre le budget d'austérité inefficace», qui doit être voté mardi à l'Assemblée, et la «répression accrue des mouvements sociaux, écologiques et citoyens», suite à la mort de Rémi Fraisse à Sivens.

«La plus grande diversité politique syndicale et associative depuis l'élection de Hollande»

Dans la capitale, le défilé entre la Place Denfert-Rochereau et l'Assemblée nationale a réuni entre 7.500, selon la Préfecture de police, et 30.000 personnes, selon le Parti de gauche (PG). Au total, «100.000 personnes» étaient dans la rue en France, a affirmé le PG.

Dans le cortège parisien, flottaient côte à côte les drapeaux du PG, du PCF ou du NPA. On apercevait les autocollants et pancartes de Nouvelle Donne, Ensemble, Gauche unitaire ou encore EELV. Des responsables d'associations féministes, de lutte contre le chômage, des syndicalistes de la CGT, Solidaires, FO, ou FSU étaient aussi présents, soit «une centaine d'organisations mobilisées», selon Eric Coquerel, coordinateur du parti de Gauche.

Mélenchon en verve

«C'est la plus grande diversité politique syndicale et associative depuis l'élection de François Hollande, de ce côté de l'échiquier politique», s'est-il félicité. «A ceux qui veulent nous vendre à la finance, le peuple répond "résistance!"», scandaient les manifestants en tête de cortège, aux côtés de nombreux élus, dont Jean-Luc Mélenchon (PG), Marie-George Buffet (PCF), Olivier Besancenot (NPA), Isabelle Attard (Nouvelle Donne), Clémentine Autain (Ensemble) ou Liem Hoang-Ngoc, ex-député européen PS représentant les «socialistes affligés».

«François Hollande doit comprendre qu'il n'est pas notre roi, il est juste notre élu», a lancé Jean-Luc Mélenchon devant la presse. «On ne l'a pas élu pour ça!», a-t-il poursuivi. «On ne l'a pas élu pour couper dans les dépenses publiques, couvrir des bavures policières, mépriser la vie des gens ordinaires et prétendre que c'est du courage, que de les amputer de ce qu'ils ont besoin tous les jours», a-t-il fustigé, ajoutant: «Ca suffit!».