Elections à l'UDI: Hervé Morin se dit «vainqueur moral» après sa défaite

POLITIQUE Son équipe assure qu'il n'existe aucun «psychodrame» après la victoire de Jean-Christophe Lagarde...

20 Minutes avec AFP

— 

Hervé Morin à Paris le 10 juillet 2014.
Hervé Morin à Paris le 10 juillet 2014. — Eric DESSONS /JDD/SIPA

Fair-play du bout des lèvres. L'ancien ministre Hervé Morin, qui estime être le «vainqueur moral de l'élection» de l'UDI, a cependant affirmé samedi qu'il n'allait pas «refaire le match», en marge du congrès d'installation du nouveau président du parti à Paris.

«Je ne suis pas du genre à ratiociner et à refaire le match pendant dix ans», a-t-il dit à la presse. Présent depuis le matin, il n'assistera pas au discours du nouveau président Jean-Christophe Lagarde. Celui-ci a remporté jeudi soir avec 53,5% des suffrages l'élection pour succéder à Jean-Louis Borloo. Les deux se sont rencontrés vendredi.

>> A lire par ici: 7 choses à savoir sur Jean-Christophe Lagarde

Hervé Morin avait dans les derniers jours de campagne émis des doutes sur la sincérité du scrutin.

Morin veut son secrétaire général

Samedi, il a précisé qu'il voulait que ses équipes soient présentes dans la commission d'investiture de l'UDI. Il a aussi souhaité avoir un secrétaire général. Le nom de Laurent Degallaix, député qui a succédé à Jean-Louis Borloo, a été proposé, a-t-il dit. Le nouvel organigramme de l'UDI devrait être connu d'ici une quinzaine de jours, a-t-il ajouté.

Hervé Morin a par ailleurs indiqué qu'il allait réunir ses troupes, «Les Bâtisseurs», ensemble plus large que son parti le Nouveau Centre, le 6 décembre prochain à Paris. «C'est une démarche dans l'UDI», a-t-il assuré, interrogé sur le fait de savoir s'il faisait les choses de son côté. Et ce «pour faire en sorte que les 48% qui ont voté pour moi ne se sentent pas abandonnés», a-t-il expliqué.

Un de ses proches, président des députés UDI, Philippe Vigier, a assuré qu'il n'y avait «pas de psychodrame particulier». Le maire d'Agen Jean Dionis, également proche d'Hervé Morin, a qualifié les débats à huis clos de samedi matin de «très plats». C'était «très désincarné», a-t-il ajouté.