Nicolas Sarkozy, Bruno Le Maire, Hervé Mariton... Que pensent-ils du mariage homosexuel?

ZOOM Alors que les trois candidats à la présidence de l'UMP vont intervenir samedi devant une association opposée à la loi Taubira, «20 Minutes» vous résume leurs positions sur le mariage pour tous...

Anne-Laëtitia Béraud
— 
Des militants de l'UMP à une conférence donnée par Nicolas Sarkozy le 8 octobre 2014.
Des militants de l'UMP à une conférence donnée par Nicolas Sarkozy le 8 octobre 2014. — SCHEIBER FREDERIC

Les trois candidats pour la présidence de l’UMP vont intervenir ce samedi à Paris devant l’association «Sens commun». Issue de «La Manif pour tous», cette association au sein de l’UMP est opposée à la loi Taubira. Que pensent Nicolas Sarkozy, Bruno Le Maire et Hervé Mariton du mariage pour tous et de l’adoption par les couples homosexuels? 20 Minutes vous dresse un récapitulatif de leurs propositions…

Pour Hervé Mariton, non au mariage pour tous, oui à l’union civile homosexuelle

En cas de retour de la droite au pouvoir en 2017, Hervé Mariton souhaite abroger le mariage pour tous car il ouvre, selon lui, le droit à l’adoption aux couples homosexuels. Le député défend le projet d’une «union civile homosexuelle», qui empêcherait l’adoption. Comme les autres candidats, Hervé Mariton est contre la procréation médicalement assistée (PMA) et la gestation pour autrui (GPA). Il ne souhaite pas non plus «démarier» les couples homosexuels qui se seraient mariés avant le retour de la droite au pouvoir. Fidèle de la «Manif pour tous», le candidat a reçu dans cette campagne le soutien du Parti chrétien-démocrate, une formation créée par Christine Boutin au sein de l’UMP.

>> Reportage «20 Minutes»: La campagne «de conviction» d'Hervé Mariton

Pas de retour en arrière sur le mariage homosexuel pour Bruno Le Maire

Bruno Le Maire, qui s’est abstenu lors du vote sur le mariage pour tous à l’Assemblée, ne souhaite pas revenir sur le mariage homosexuel. «Ce n’est pas une bonne idée d’abroger cette loi», a rappelé le député de l’Eure sur LCP, mercredi. Souhaitant ouvrir «un débat sur la question de l’adoption homosexuelle, simple ou plénière», le candidat est favorable à une réécriture de la loi Taubira sur le volet «filiation». Concernant la PMA et la GPA, Bruno Le Maire a expliqué sur cette même chaîne: «Opposons-nous à la PMA pour les couples homosexuels, opposons-nous à la GPA qui est un marchandage des corps que je ne peux pas supporter».

>> Reportage «20 Minutes»: La campagne marathon de Bruno Le Maire

Nicolas Sarkozy veut attendre d'être à la tête du parti pour se prononcer

En 2007, alors candidat à l’Elysée, Nicolas Sarkozy proposait une «union civile homosexuelle». En 2014, le candidat botte en touche sur le mariage pour tous. «Je n'ai pas pris position jusqu'à présent parce que je ne voulais pas être caricaturé. Je rassemblerai [une fois président de l’UMP] toute ma famille sur la position la plus raisonnable possible», a déclaré le candidat à La Provence, le 28 octobre. Concernant la PMA et la GPA pour les couples homosexuels, Nicolas Sarkozy pense «obligatoire» de «réécrire» la loi Taubira «pour mettre le verrou» sur ces deux méthodes. 

>> Les dossiers qui monopolisent la campagne pour la tête de l'UMP