François Fillon: «J'accuse Jean-Pierre Jouyet de mensonge et je vais rendre coup pour coup»

POLITIQUE Invité du JT de TF1, François Fillon a répondu aux révélations du «Monde» confirmées par Jean-Pierre Jouyet dans l'affaire Bygmalion. François Fillon a accusé Jean-Pierre Jouyet de «mensonge» et dénoncé «une fable»...

Alice Coffin avec AFP

— 

François Fillon, lors d'un meeting de l'UMP le 21 septembre 2014 près de Paris
François Fillon, lors d'un meeting de l'UMP le 21 septembre 2014 près de Paris — Thomas Samson AFP

L'intervention de François Fillon au journal télévisé de TF1 était très attendue. L'ancien Premier ministre n'a pas mâché ses mots après la succession de révélations survenues ces derniers jours dans le cadre des suites de l'affaire Bygmalion et des rapports de François Fillon à Nicolas Sarkozy.

Alors que Jean-Pierre Jouyet, secrétaire général de l'Elysée, a finalement admis avoir rencontré François Fillon et discuté de ces affaires et notamment des pénalités payées par l'UMP à la place de Nicolas Sarkozy comme révélé par deux journalistes du Monde, François Fillon a dénoncé des «accusations qui mettent en cause mon honneur». 

«Pendant trente ans de vie polittique, je n'ai jamais été associé à la moindre affaire», a-t-il insisté, parlant d' «infamie».

«Je vais rendre coup pour coup»

«Je dis que c'est faux et je l'accuse de mensonge» a-t-il expliqué au sujet de Jean-Pierre Jouyet, précisant «je vais rendre coup pour coup».

Quelques heures auparavant, Jean-Pierre Jouyet était revenu sur des déclarations faites jeudi selon lesquelles sa rencontre avec François Fillon, lors de ce déjeuner, n'avait pas porté sur une intervention de l'ancien Premier ministre pour accélérer les procédures judiciaires visant M. Sarkozy. Jean-Pierre Jouyet a finalement reconnu que «François Fillon (lui) a fait part de sa grave préoccupation concernant l'affaire Bygmalion».

Selon Jean-Pierre Jouyet, François Fillon «a également soulevé la question de la régularité du paiement des pénalités payées par l'UMP pour le dépassement des dépenses autorisées dans le cadre de la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy». François aurait ainsi dénoncé auprès de M. Jouyet le remboursement par l'UMP des pénalités liées au dépassement du plafond des dépenses de campagne de M. Sarkozy en 2012. Le ministère de l'Économie avait donné en novembre 2013 son aval au paiement par l'UMP, à la place de M. Sarkozy, de pénalités pour dépassement de ses comptes de campagne.

«Il faut que ces enregistrements soient livrés au public»

Dimanche soir, le parquet de Paris a fait savoir qu'il avait lancé une enquête sur le paiement par l'UMP de ces pénalités «au vu des seuls éléments» transmis «par les commissaires aux comptes de l'UMP», et non après une quelconque intervention de l'exécutif.

«M. Jouyet a redit ce soir dans une sorte de nouvelle version étonnante que jamais je ne lui avais demandé d'agir sur la justice (...). A aucun moment je ne lui ai demandé cela. Nous n'avons pas parlé des pénalités. Si M. Jouyet dit cela, c'est un mensonge», a lancé M. Fillon, grave. «M'accuser de cette infamie, de la part de journalistes du Monde, je pouvais penser qu'il s'agissait d'une manipulation. Si cette accusation est vraiment celle du secrétaire général de l'Elysée, un personnage important, elle est paraît-il enregistrée, donc il faut que ces enregistrements soient livrés au public», a demandé l'ancien Premier ministre.