Fillon ne croit pas à une élection de Le Pen en 2017, mais «cela peut changer»

POLITIQUE Fançois Fillon n'exclut pas «un accident politique», si François Hollande ne «redresse pas du tout la situation d'ici là»...

20 Minutes avec AFP

— 

Le député Jérôme Chartier (à g.), avec François Fillon à un barbecue de militants de l'UMP, à Piscop (Val-d'Oise), le 21 septembre 2014.
Le député Jérôme Chartier (à g.), avec François Fillon à un barbecue de militants de l'UMP, à Piscop (Val-d'Oise), le 21 septembre 2014. — THOMAS SAMSON / AFP

L'ancien Premier ministre UMP François Fillon a affirmé mercredi ne pas croire à une élection de Marine Le Pen à la présidence en 2017, sans exclure totalement «un accident politique» si François Hollande ne redressait pas du tout la situation d'ici là.

«Cela peut changer» d'ici 2017

«Je ne crois pas que madame Le Pen puisse être élue présidente de la République en 2017» et «j'ai la conviction aujourd'hui qu'il n'y a pas 51% de Français prêts à voter pour le FN à la présidentielle», mais «si la droite est élue et échoue (dans le prochain quinquennat), là le risque serait considérable», a déclaré ce député de Paris devant l'Association des journalistes parlementaires (AJP).

Ce candidat à la primaire UMP en vue de la prochaine présidentielle a cependant estimé que «cela peut changer» d'ici 2017. «Si François Hollande ne fait rien d'ici 2017, s'il ne prend aucune initiative de nature à redresser la situation économique et à redonner de l'espoir au pays, la dégradation va continuer et on n'est pas à l'abri (...) d'un accident politique», selon cet ancien chef du gouvernement.

«C'est pour cela que la responsabilité du chef de l'Etat est très grande et il faut qu'il en prenne la mesure», a lancé François Fillon, reprochant notamment à François Hollande de «ne cesser de louvoyer» depuis mai 2012.