Présidence de l’UDI: Les enjeux de la bataille entre Jean-Christophe Lagarde et Hervé Morin

ELECTION Les adhérents de l’UDI votent pour élire leur nouveau président, qui sera Jean-Christophe Lagarde ou Hervé Morin…

Anne-Laëtitia Béraud
— 
Jean-Christophe Lagarde (à gauche), maire de Drancy, aux côtés d'Hervé Morin.
Jean-Christophe Lagarde (à gauche), maire de Drancy, aux côtés d'Hervé Morin. — WITT/SIPA

Succéder à Jean-Louis Borloo, qui s’est retiré début avril, à la tête de l’UDI: Voilà le but des deux candidats en lice pour le second tour de l’élection à la présidence du parti centriste, Jean-Christophe Lagarde et Hervé Morin. Jusqu’au 12 novembre, les 28.300 adhérents du parti peuvent voter par courrier. Les résultats devraient être connus dès le lendemain.

Les deux élus sont arrivés avec 700 voix d'écart à l'issue du premier tour. Le député de Seine-Saint-Denis Jean-Christophe Lagarde a obtenu 35,9% des voix, contre 31,5% pour le député de l’Eure Hervé Morin. Afin d’éviter que le perdant refuse la défaite, le score final doit être «le plus net possible», a préconisé l’ex-candidat Yves Jégo. Et pour cela, les candidats ont l’obligation de mobiliser les adhérents abstentionnistes.

Mobiliser les abstentionnistes

En effet, au premier tour, seuls 16.600 adhérents sur 28.300 avaient voté. Un scrutin polémique, puisqu’un millier d'adhérents avaient été réintégrés deux jours avant la clôture du vote, alors que d’autres avaient été éjectés des listes. 

>> Les objectifs des candidats à la tête de l'UDI

Un autre élément pour motiver les électeurs devrait être un débat entre les candidats, le 5 novembre sur LCP. Jean-Christophe Lagarde et Hervé Morin pourront y rappeler leurs projets. Mais aussi compter sur leurs soutiens. Alors que l’ex-candidat Jean-Christophe Fromantin a choisi Hervé Morin, Jean-Christophe Lagarde bénéficie de celui d’Yves Jégo. Le député-maire de Drancy est également soutenu par le président du Parti radical, Laurent Hénart. Cette formation politique centriste ne présentait pas de candidat.

Mettre fin aux guerres de chapelles

Avec cette élection pour la tête de l’UDI, les centristes ont plusieurs objectifs : Ils souhaitent tout d’abord en finir avec les guerres picrocholines qui rongent le centre depuis des décennies. Ils veulent également s’imposer face à une UMP vorace, imaginée par Nicolas Sarkozy. Et enfin, reprendre la main sur leur destin politique: «Nous pouvons gouverner la France», a ainsi assuré Jean-Christophe Lagarde à France Info ce vendredi. «Notre famille politique, centriste et progressiste, n'a pas gouverné la France depuis 33 ans. Il y a une alternance entre le PS et l'UMP qui malheureusement a mis le pays dans l'état que nous connaissons».

>> Comment Nicolas Sarkozy  imagine l’UMP, avec un changement de fond en comble