Bruno Le Maire: Créer un nouveau parti à la place de l'UMP est «une folie»

UMP Il prend le contre-pied de Nicolas Sarkozy...

M.B. avec AFP
— 
Le député UMP et ancien ministre Bruno Le Maire, en octobre 2013 à Paris
Le député UMP et ancien ministre Bruno Le Maire, en octobre 2013 à Paris — Kenzo Tribouillard AFP

Bruno Le Maire ne mâche pas ses mots. Le candidat à la présidence de l'UMP, estime jeudi que « Ce serait une folie dans les temps extrêmement agités que nous traversons, de perdre du temps à reconstruire un autre mouvement politique» pour remplacer l'UMP comme le veut Nicolas Sarkozy.

>> Lire notre reportage : Présidence de l’UMP: Bruno Le Maire, en campagne marathon

Dans un entretien à paraître dans le Figaro Magazine, il conseille aussi de ne pas confondre les échéances: «Ne nous trompons pas d'échéance: en novembre 2014, les militants choisiront le président du parti. Désigner le futur candidat pour la présidentielle de 2017, ce serait ouvrir une nouvelle guerre des chefs. Ne faisons pas ce cadeau à la gauche ni au FN». En ce qui le concerne, il a précisé qu'il n'était pas pour l'instant candidat à la primaire. «Nous verrons en 2016», a-t-il dit.

«L'UMP ne se relèvera pas si...»

Il juge également que «l'UMP ne se relèvera pas si elle ne fait pas toute la lumière sur les scandales financiers qu'elle a connus». «Il faudra établir les responsabilités de chacun et savoir où est passé l'argent des militants», a-t-il aussi déclaré, promettant s'il était élu «la transparence des comptes».

Sur le fond, il estime qu'il faut un «renforcement de Schengen» -- se démarquant ainsi de Nicolas Sarkozy, qui souhaite suspendre cet accord et le refonder. «Nous avons le choix entre nous replier et suspendre Schengen ou nous battre et renforcer Schengen», dit-il. «La première solution nous amènerait à renoncer à des informations essentielles dans la lutte contre le terrorisme en nous privant du système d'information Schengen», argumente-t-il notamment.

Il propose d'«exclure ou sanctionner les Etats membres de Schengen qui ne respectent pas leurs obligations et se lavent les mains de la situation actuelle».

L'élection à la présidence de l'UMP, à laquelle sont candidats Nicolas Sarkozy, Bruno Le Maire et Hervé Mariton, se tiendra le 29 novembre prochain.

>> Lire notre reportage : Présidence de l’UMP: En campagne, Mariton veut faire entendre sa candidature «de conviction»