VIDEO. Fleur Pellerin n’est pas la seule ministre en délicatesse avec la culture

POLEMIQUE La ministre a été prise en défaut, ce week-end, pour n’avoir jamais lu un livre de Patrick Modiano…

Vincent Vantighem

— 

Photomontage de Nadine Morano, Bernard Kouchner, Gilbert Collard et Frédéric Lefebvre.
Photomontage de Nadine Morano, Bernard Kouchner, Gilbert Collard et Frédéric Lefebvre. — AFP

La franchise est encore la meilleure des réponses dans ces cas-là. C’est en tout cas celle choisie, ce week-end, par Fleur Pellerin. Interrogée sur Canal+ sur son livre préféré de Patrick Modiano, la ministre de la Culture a avoué qu’elle n’en connaissait aucun.

>> Les faits: Fleur Pellerin incapable de citer Modiano

«J’avoue sans aucun problème que je n’ai pas du tout le temps de lire depuis deux ans, concède la ministre de la Culture. Je lis beaucoup de notes, beaucoup de textes de loi, les nouvelles, les dépêches AFP mais je lis très peu.» A sa décharge, elle n’est pas la seule. 20 Minutes dresse le vidéorama des politiques en délicatesse avec la culture française…

Frédéric Lefebvre se «replonge souvent dans Zadig et Voltaire»

Nous sommes en avril 2011. Frédéric Lefebvre, secrétaire d’Etat au Commerce, est invité du salon du livre politique où il vient dédicacer son ouvrage intitulé Le mieux est l’ami du bien (Editions Cherche Midi). C’est le moment choisi par un journaliste du Figaro pour l’interroger sur son livre fétiche. Après quelques secondes de réflexion, l’ancien porte-flingue de Sarkozy dégaine. «Sans doute Zadig et Voltaire. Parce que c’est une leçon de vie. Je m’y replonge d’ailleurs assez souvent…» En quelques heures, les «twittos» s’emparent de l’affaire déclinant leurs titres de «livres fétiches» parmi lesquels Naf-naf de Zola ou encore l’ensemble des ouvrages de Victor Hugo Boss.

Nicolas Sarkozy a «beaucoup souffert sur la princesse de Clèves»

Récidiviste. Après avoir critiqué, en 2006, le fait que la Princesse de Clèves, roman fondateur de la littérature française, publié en 1678 par Marie-Madeleine de la Fayette, puisse être au programme d’un concours administratif, Nicolas Sarkozy remet ça deux ans plus tard lors d’une table ronde à Lyon (Rhône). Dissertant sur les démarches permettant d’obtenir un emploi, le président vante le bénévolat et l’expérience humaine. Avant de lâcher: «Ca vaut autant que de savoir par cœur la Princesse de Clèves. Enfin, j’ai rien contre. Enfin, c’est parce que j’avais beaucoup souffert sur elle…»

Nadine Morano «aime Renault sur certaines chansons»

Le 12 avril 2011, Nadine Morano, alors ministre de l’Apprentissage, est soumise à une série de questions sur Canal+ dont le but est de répondre par «J’aime» ou «J’aime pas». Interrogée sur le scandale chez le constructeur Renault, la Mosellane répond: «J’aime Renaud sur certaines chansons. Mais celle-là, je ne l’ai pas entendue… Donc, je ne peux pas vous dire si j’aime ou j’aime pas.»

Gilbert Collard doit «réviser sa géographie»

Moment de gêne, le 13 mai 2014, dans l’hémicycle de l’Assemblée nationale. Gilbert Collard, député du Rassemblement Bleu Marine, s’en prend au mécénat dont doit bénéficier le théâtre Napoléon III de Fontainebleau. «Il s’agit d'un mécène saoudien, originaire d'un pays où l'homosexualité est réprimée, où l'État d'Israël est condamné, où l'antisémitisme est récurrent», attaque le député. Ministre de la Culture, Aurélie Filippetti s’empare du micro pour expliquer que le mécène en question n’est pas saoudien mais émirati. «Vous devriez réviser votre géographie. Abu Dhabi n’est pas en Arabie Saoudite mais aux Emirats Arabes Unis…»

Bernard Kouchner assure que les «Yogourts sont des musulmans»

La prononciation n’est pas toujours évidente. Même pour le French doctor qui a parcouru le monde. Interrogé sur la révolte ouïghoure en Chine, en juillet 2009, qui a provoqué des centaines de morts, Bernard Kouchner se prend les pieds dans le tapis sur France Info. «C’est une province chinoise, certes. Mais Les Yogourts ont toujours pensé que c’était chez eux…»