Budget: François Hollande pressé de dévoiler le contenu de la lettre de Bruxelles

FINANCES Le chef de l'Etat a minimisé le contenu de cette lettre, mais en vain...

N.Beu. avec AFP

— 

François Hollande visite le Sial, à Villepinte, le 21 octobre 2014
François Hollande visite le Sial, à Villepinte, le 21 octobre 2014 — Philippe Wojazer Pool

François Hollande doit-il publier la lettre envoyée par Bruxelles au sujet du budget français? Le président de la République a minimisé le contenu de cette missive ce vendredi, mais une partie de la majorité comme de l'opposition lui demande désormais d'en dévoiler les détails.

Le chef de l'Etat a confirmé vendredi que la France avait bien reçu de la Commission une lettre lui demandant des précisions. «Une lettre très banale», conforme «à la procédure» et «qui n'a pas de grande signification au-delà de demander un certain nombre d'informations et de précisions», a déclaré Hollande lors d'une conférence de presse au sommet de Bruxelles, promettant une réponse «d'ici la fin de la semaine». «On peut voir comment on peut mieux mobiliser certaines ressources, mieux calculer certaines dépenses, mais il n'y aura pas de modifications» sur ce dernier point, a assuré Hollande, qui a rappelé que la France entendait respecter ses «engagements européens mais avec le maximum de flexibilité».

L'UMP qualifie le budget d'«insincère»

Depuis un an, la Commission dispose d'un droit de regard sur les projets de budgets nationaux. A défaut des les valider, elle peut demander formellement à un Etat de revoir sa copie, ce qui ne s'est encore jamais produit. Dans ce cas, l'Etat concerné ne serait pas obligé d'obtempérer, mais un refus équivaudrait à engager un bras de fer politique avec la Commission. La décision de Bruxelles est attendue d'ici la fin du mois.

Bruxelles va-t-elle tapé sur les doigts du gouvernement? En France, le député UMP Pierre Lellouche a jugé «un peu fort de café» que la Commission puisse «retoquer» un budget qui relève de «la souveraineté nationale», point sur lequel a également insisté Manuel Valls cette semaine à l'Assemblée. La Commission «a très envie de dire qu'elle n'en veut pas, mais d'un autre côté sur le plan diplomatique on ne veut pas humilier l'un des pays fondateurs de l'Union», a analysé l'ex-secrétaire d'Etat aux Affaires européennes de Nicolas Sarkozy. L'UMP conteste dans son ensemble le budget qu'elle qualifie d'«insincère» et qui suscite également de nombreux remous à gauche, 39 députés socialistes s'étant abstenus sur la partie recettes.

Le FN s'en mêle

Cinq députés PS qui l'avaient approuvé, dont la rapporteure générale du budget Valérie Rabault, ont demandé à Hollande de publier la lettre de Bruxelles afin que «les Français puissent connaître les points de discussion entre leur pays et la Commission», soulignant au passage la «pleine souveraineté» de la France sur son budget.

Le Front national a lui aussi réclamé la publication de cette lettre, comme l'a fait l'Italie. «Les Français doivent être informés des exigences d'austérité de Bruxelles», écrit son vice-président Florian Philippot. En tout état de cause, «il va revenir à M. Moscovici», ex-ministre des Finances de François Hollande et nouveau Commissaire européen aux Affaires économiques, «d'expliquer la lettre aux Français la semaine prochaine», a glissé Lellouche.