VIDEO. Macron: «Vouloir me réduire à un banquier, [...] pour me salir, je trouve ça minable»

POLITIQUE Le ministre de l'Economie a répondu à ses détracteurs sur son expérience d'ancien banquier...  

T.L.G.

— 

Le ministre de l'Economie, Emmanuel Macron, lors d'une conférence de presse à Paris, le 15 octobre 2014.
Le ministre de l'Economie, Emmanuel Macron, lors d'une conférence de presse à Paris, le 15 octobre 2014. — VILLARD/SIPA

Emmanuel Macron contre-attaque. Le ministre de l'Economie a répondu ce jeudi matin sur France Inter aux attaques de ses détracteurs, visant son expérience d’ancien banquier d’affaire de la banque Rothschild. «J’assume d’être ce que je suis. On ne me reproche pas ce que je fais. On me reproche ce que je suis. Ça n'est pas l'idée que je me fais de la gauche [...] Alors qui je suis? J’ai fait quatre ans dans ma vie de banque, j’ai été pendant près de huit ans fonctionnaire. Ça n’intéresse personne. J'ai fait des études de philosophie, avant cela.»

 

>>Pour visionner la vidéo originale dans son intégralité, cliquez ici

Face aux attaques, le ministre hausse le ton. «Vouloir me réduire à un banquier, parce que c’est bien pour m’attaquer, pour me salir, je trouve ça minable. Ce n’est pas à la hauteur des enjeux. Je sais que Monsieur Mélenchon ou Madame Le Pen font ça tous les jours. Ce n’est pas l’idée que je me fais de la vie politique», ajoutant également, «ça renvoie aux heures les plus sombres, les plus crépusculaires de notre pays. Je ne répondrai pas à cela.»

«J'ai le sentiment aujourd'hui qu'on me fait beaucoup de procès d'intention. Il y a des mots que je n'ai pas le droit de prononcer, que d'autres responsables politiques et des responsables syndicaux peuvent dire», a-t-il ajouté, faisant référence implicitement à ses différentes sorties sur les «pauvres» qui ont fait polémique.

Emmanuel Macron estime qu’il n’a pas à rougir de son CV, bien au contraire. «Somme toute, ce que j'ai fait pendant ces quatre ans dans le secteur privé m'est très utile dans ce que je fais aujourd'hui. Ce n'est pas une mauvaise chose d'avoir travaillé dans une entreprise privée pour aujourd'hui s'occuper d'elles. Je ne ressemble pas aux autres, c'est peut-être ça qu'on me reproche mais je suis comme je suis», a-t-il conclu.