Nicolas Sarkozy sort la brosse à reluire à propos de Jacques Chirac

POLITIQUE En campagne pour la tête de l’UMP, Nicolas Sarkozy estime que «Chirac restera une partie de ma vie»…

Anne-Laëtitia Béraud

— 

Nicolas Sarkozy, le 8 octobre 2014 à Toulouse.
Nicolas Sarkozy, le 8 octobre 2014 à Toulouse. — SCHEIBER FREDERIC/SIPA

Lors d'un meeting de sa campagne pour la présidence de l’UMP, mercredi soir à Saint-Cyr-sur-Loire, près de Tours, Nicolas Sarkozy a tressé des lauriers à Jacques Chirac. Son prédécesseur à l’Elysée vient pourtant de choisir publiquement son rival pour 2017, Alain Juppé.

«Avec Jacques Chirac dans le passé, j’ai pas toujours été discipliné et sage», reconnaît tout d’abord Nicolas Sarkozy. «Quand Jacques Chirac m’a fait l'honneur de m'appeler au gouvernement, quels que fu[ssent] par ailleurs nos désaccords, j'ai répondu "oui" parce que ça restera l'honneur de ma vie que d'avoir été dans des gouvernements pour servir mon pays avec Jacques Chirac comme président de la République».

Rififi dans la famille Chirac

«Et quand Jacques Chirac a fait d’autres choix, il restera quand même une partie de ma vie», ajoute Nicolas Sarkozy, qui avoue une «admiration» pour l’ex-Président quand il avait 18 ans. «Et puis il y a Bernardette», conclut-il dans un sourire ravi. L’épouse de l’ancien président de la République est en effet l’un des soutiens fidèles de Nicolas Sarkozy. Etrillant Alain Juppé à la moindre occasion.

Le soutien au maire de Bordeaux, honni par Bernardette, est partagé par la fille Chirac, Claude. Quelques jours après la sortie de Jacques Chirac, elle a confié au Nouvel Obs que «pour les chiraquiens, Juppé est le choix de l'évidence (…) Nous sommes d'accord sur l'essentiel.» 

Après le soutien de Jacques Chirac à Alain Juppé, le camp sarkozyste est resté silencieux. En coulisses, l’ambiance serait tout autre. Selon Le Canard Enchaîné du 2 octobre, Nicolas Sarkozy voudrait que Bernadette Chirac organise une rencontre avec Jacques Chirac. «Nicolas Sarkozy veut absolument se réconcilier avec mon mari. Il fait le forcing pour que je lui organise un rendez-vous avec Jacques. Il m'a même dit qu'il était prêt à le voir en cachette n'importe où», aurait déclaré, selon l'hebdomadaire satirique, l'ex-première dame à des interlocuteurs.