VIDEO. La demi-journée de consultation «pour le bien des enfants», affirme Najat Vallaud-Belkacem

POLITIQUE «Plutôt que de décider tout seul dans un coin, nous avons décidé que l'ensemble des enseignants puissent donner leur avis sur le contenu» du socle commun, a souligné a ministre de l'Education nationale...

B.D. avec AFP

— 

Une école à Marseille.
Une école à Marseille. — P. Magnien / 20 Minutes

La ministre de l'Education nationale, Najat Vallaud-Belkacem, a estimé ce lundi que la demi-journée de consultation des enseignants sur les programmes de maternelle et le socle commun, organisée sur le temps scolaire, était pensée «pour le bien des enfants».

«C'est un effort que l'on demande aux parents et aux collectivités locales, qui devront prendre en charge les enfants qui ne seront pas accueillis», a reconnu Najat Vallaud-Belkacem sur I-Télé, en réponse aux mécontentements exprimés par des maires et des familles. «Mais c'est pour le bien des enfants», a-t-elle fait valoir, «pour que les enseignants s'approprient ce qu'ils doivent (leur) apprendre».

Retrouvez l'interview de la ministre en intégralité en cliquant ici.

Vendredi, l'Association des maires de France (AMF) avait réclamé la suppression de cette demi-journée de consultation des enseignants, organisée sur le temps scolaire, arguant que «plusieurs directeurs académiques» l'avaient «annulée» et avaient à la place organisé la concertation «en dehors du temps scolaire des enfants».

Pour que «l'ensemble des enseignants puissent donner leur avis»

«Plutôt que de décider tout seul dans un coin, nous avons décidé que l'ensemble des enseignants puissent donner leur avis sur le contenu» du socle commun, a également défendu Najat Vallaud-Belkacem. La ministre a également assuré qu'il n'y aurait «qu'une seule demi-journée de consultation dans l'année, avant les vacances de la Toussaint, et non pas plusieurs comme cela a pu s'écrire».

Le ministère de l'Education nationale a annoncé fin septembre que les professeurs de maternelle seraient consultés une demi-journée entre le 22 septembre et le 18 octobre sur le futur programme de maternelle, et les professeurs de l'école élémentaire et du collège sur le projet de socle commun de connaissances, de compétences et de culture.

Par ailleurs, la ministre a annoncé que les 90.000 personnels non enseignants de l'Education nationale, «qui font vivre les établissements», allaient bénéficier d'une prime exceptionnelle de 50 euros (catégorie B) et 100 euros (catégorie C) au mois de décembre.