Roselyne Bachelot ne met «pas la moyenne» à Sarkozy depuis l'annonce de sa candidature

POLITIQUE L'ancienne ministre estime notamment que l'ancien président de la République a «gardé tous ses tics de communication»...

20 Minutes avec AFP

— 

Roselyne Bachelot, le 22 octobre 2013.
Roselyne Bachelot, le 22 octobre 2013. — MEUNIER AURELIEN/SIPA

L'ex-ministre UMP Roselyne Bachelot ne «met pas la moyenne» à Nicolas Sarkozy depuis qu'il a annoncé sa candidature à la présidence du parti car «il n'est pas nouveau» ni sur la forme ni sur le fond.

Alors qu'on lui demande sur France 5 (émission «Médias le magazine», diffusée ce dimanche) si le retour de Nicolas Sarkozy est le meilleur «coup de com» de la rentrée, elle répond: «Dans la première phase du "teasing" je mets 20/20».

Politique de «droitisation» de l'UMP

«La 2e phase, je ne lui mets pas la moyenne», ajoute-t-elle. «Parce qu'il a gardé tous ses tics de communication, qu'il n'est pas assez dense sur le plan des propositions qu'il doit faire. Sur la forme, il n'est pas nouveau, et le fond, il n'est pas nouveau non plus. Donc la deuxième partie, il a vraiment besoin de la travailler», a-t-elle ajouté.

En juin 2012, l'ex-ministre des Solidarités avait estimé que l'UMP devait «commencer à faire l'inventaire du quinquennat passé». Dans un livre intitulé «A feu et à sang. Carnets secrets d'une présidentielle de tous les dangers» sorti un mois plus tôt, elle avait notamment condamné la politique de «droitisation» de l'UMP en direction du Front national pendant la campagne.