VIDEO. Abroger ou ne pas abroger la loi Taubira, telle est la question à droite après la «Manif pour tous»

POLITIQUE Alors que la «Manif pour tous» a rassemblé ses partisans, dimanche, les ténors de l’UMP ont du mal à parler d’une même voix sur le sujet…

Vincent Vantighem

— 

Paris, le 5 octobre 2014. Laurent Wauquiez, soutien de Nicolas Sarkozy, dévoile sa position sur le mariage pour tous lors du défilé de la «Manif pour tous».
Paris, le 5 octobre 2014. Laurent Wauquiez, soutien de Nicolas Sarkozy, dévoile sa position sur le mariage pour tous lors du défilé de la «Manif pour tous». — MATTHIEU ALEXANDRE / AFP

Tous unis derrière une banderole «L’humain n’est pas une marchandise». Et si divisés pourtant. Dans le sillage de Nicolas Sarkozy qui n’a pas pris position clairement sur la loi sur le mariage pour tous, les principaux ténors de l’UMP n’arrivent pas à dégager une position unie sur le sujet.

>> Reportage: Réunion de famille pour la «Manif pour tous»

Faut-il abroger la loi Taubira? Faut-il légiférer sur la procréation médicalement assistée (PMA) et la gestation pour autrui (GPA)? Au lendemain de la «Manif pour tous», 20 Minutes dresse le panorama des principales positions connues à droite.


Mariage pour tous, la droite veut-elle abroger... par 20Minutes

Ils veulent abroger la loi

Laurent Wauquiez, député-maire du Puy-en-Velay et soutien de Nicolas Sarkozy

«Je suis favorable à ce que l’on abroge la loi, a-t-il indiqué dimanche alors qu’il participait à la ‘’Manif pour tous’’ dans les rues de Paris. Mais ma préoccupation principale, c’est que l’on n’aille pas dans le sens ni de la GPA, ni de la PMA ni du démembrement de l’adoption.»

Hervé Mariton, député de la Drôme, candidat à la présidence de l’UMP

Jugeant «incertaines» les propositions de Nicolas Sarkozy, Hervé Mariton estime qu’avec lui, les choses sont claires: «L'abrogation de la loi Taubira et le remplacement du mariage par un contrat d'union civile sont parmi les engagements que doit défendre l'UMP», a-t-il déclaré au Figaro.

Ils ne veulent pas abroger la loi

Nathalie Kosciusko-Morizet, députée de l’Essonne et soutien de Nicolas Sarkozy

Elle n’a participé à aucune «Manif pour tous» et s’est même abstenue lors du vote à l’Assemblée. Sur RTL, ce lundi matin, NKM a expliqué qu’elle ne voulait pas revenir sur la loi Taubira et même qu’elle espérait «convaincre» Nicolas Sarkozy de la rejoindre sur cette position.

Valérie Pécresse, députée des Yvelines et soutien de Nicolas Sarkozy

«Abroger la loi Taubira, ce n'est pas réaliste. Mais, oui, nous devons mettre des verrous très solides pour interdire la PMA et la GPA», a-t-elle indiqué, dimanche, dans une interview au Journal du dimanche.

Bruno Le Maire, candidat à la présidence de l’UMP

Lors du vote, l’ancien proche de Dominique de Villepin s’était abstenu. Il est donc sur une ligne favorable au maintien de la loi. Et l’un de ses lieutenants, Franck Riester, s’est chargé de la rappeler, ce lundi matin, sur France Info. «Cette loi Taubira, il ne faudra pas l’abroger, prévient-il. C’est une bonne loi pour protéger les familles homoparentales, ça n’enlève rien aux hétérosexuels!»

Il est pour le statu quo

Alain Juppé, maire de Bordeaux et candidat aux primaires à droite

«Il s’agit d’un acquis qui a été intégré par la société française.» Dans une interview à Valeurs actuelles, Alain Juppé n’a besoin que d’une phrase pour donner son avis sur la loi Taubira. «Soyons réalistes: on ne va pas ‘’démarier’’ des couples légalement unis!» A noter que le maire de Bordeaux est aussi l’un des rares à ne pas vouloir légiférer sur les questions de la GPA et de la PMA «Ce sera irresponsable!»

Ils n’ont pas de position claire

Xavier Bertrand, député-maire de Saint-Quentin, candidat aux primaires à droite

Une participation à la «Manif» de dimanche et une interview dans l'émission «C Politique». Persuadé que «l'engrenage Taubira amènera forcément à la PMA et à la GPA», l'ancien ministre de la Santé et candidat putatif à l'élection présidentielle de 2017 propose, lui, un référendum afin que son parti adopte une position claire. «Est-ce qu'il faut revenir en arrière sur la loi Taubira ? s'est-il interrogé sur BFMTV. Je demande une consultation des adhérents de l'UMP, il n'y a aujourd'hui pas de ligne politique du mouvement.»

Nicolas Sarkozy, candidat à la présidence de l’UMP

Interrogé lors de son retour en politique sur France 2, l’ancien chef de l’Etat n’a pas donné d’indication claire sur ses intentions. «Nous regarderons les choses très précisément», se permettant tout de même de lancer : «Croyez-moi, le manque de courage, ce n’est pas là où j’ai le plus changé…»