VIDEO. Bygmalion: NKM n'a jamais vu Sarkozy passionné par «l'intendance»

POLITIQUE L'ancienne porte-parole de campagne ne croit pas que l'ex chef de l'Etat connaissait les agissements de la société...  

20 Minutes avec AFP
— 
Nicolas Sarkozy et NKM, lors de la campagne de cette dernière pour la mairie de Paris, le 10 février 2014.
Nicolas Sarkozy et NKM, lors de la campagne de cette dernière pour la mairie de Paris, le 10 février 2014. — Michel Euler/AP/SIPA

La députée sarkozyste Nathalie Kosciusko-Morizet, interrogée lundi sur l'ex-président et l'affaire Bygmalion, a dit n'avoir jamais vu ce dernier «se passionner» pour «l'intendance» tout en se disant sûre que la vérité émergerait, mais pas par l'UMP.

Retrouvez son interview en intégralité en cliquant ici.

NKM connaissait Bygmalion

Comme RTL demandait à NKM, porte-parole de la campagne sarkozyste de 2012, si elle connaissait la société de communication Bygmalion soupçonnée d'être au coeur d'un système de fausses factures, elle a répondu: «la société Bygmalion travaillait avec le groupe UMP à l'Asemblée nationale et donc je la connaissais».

François Fillon, ex-Premier ministre et actuel adversaire de Nicolas Sarkozy en vue de 2017, a déclaré le 2 octobre avoir «souvent entendu parler de Bygmalion» et «souvent vu» qu'elle «travaillait régulièrement avec l'UMP», alors que Nicolas Sarkozy avait assuré le 21 septembre avoir «appris le nom de Bygmalion longtemps après la campagne».

«Il était, je vous le rappelle, président de la République et je ne l'ai jamais vu se passionner pour les questions d'intendance», a plaidé NKM. «La société Bygmalion dont on parlait déjà»,  justement, elle s'occupait d'intendance et se targuait de le faire de manière extensive, de manière à ce que personne d'autre n'ait à s'en occuper , a poursuivi la députée UMP.

«On verra bien!»

Pour elle, «la vérité ne viendra pas de l'intérieur de l'UMP» en «posant la question à l'un ou à l'autre». «La justice est saisie, je vois qu'elle travaille vite».

Elle a rappelé que dans l'affaire Bettencourt, «Nicolas Sarkozy était mis en cause sur quelque chose de vraiment moche, un abus de confiance sur la personne d'une vieille dame», or « il a obtenu un non-lieu».

La chef de l'opposition parisienne en a donc appelé «à la prudence sur ce sujet. On verra bien!». «L'argent, ça ne s'évapore pas», «s'il y a de l'argent qui a disparu, on saura bien où il est arrivé», a encore glissé NKM.