Les fonctionnaires dans le viseur de Sarkozy

POLITIQUE L'ancien président veut notamment créer un CDD de cinq ans dans la fonction publique...

T.L.G.
— 
Nicolas Sarkozy, le 2 octobre 2014 à Saint-Julien-les-Villas, dans la périphérie de Troyes
Nicolas Sarkozy, le 2 octobre 2014 à Saint-Julien-les-Villas, dans la périphérie de Troyes — François Nascimbeni AFP

Nicolas Sarkozy s'en prend aux fonctionnaires. En campagne pour la présidence de l'UMP, l'ancien chef de l'Etat a mis en avant des propositions chocs dans le Figaro Magazine de ce vendredi pour réduire la dépense publique. CDD de cinq ans, non-remplacement d'un fonctionnaire sur deux, jour de carence... Les annonces ont indigné la gauche et les syndicats. 20 Minutes fait le point.

Que propose Sarkozy?

L'ancien président propose la création d'un CDD de 5 ans dans la fonction publique. «La France ne peut plus recruter systématiquement sous le statut de fonctionnaires à vie», explique-t-il, précisant que ce contrat ne s'appliquerait pas à tous les postes. Policiers et enseignants ne seraient par exemple pas concernés. «Mais il existe de nombreux métiers dans les trois fonctions publiques qui pourraient utilement relever de ce nouveau régime», ajoute Nicolas Sarkozy.

Le candidat à la présidence de l'UMP veut rétablir le jour de carence dans la fonction publique «afin de lutter contre l'absentéisme dans nos administrations». Cette journée non indemnisée en cas d'arrêt maladie, mise en place chez les fonctionnaires par le gouvernement Fillon fin 2011, a été supprimée dans le budget 2014 par le gouvernement actuel.

Nicolas Sarkozy souhaite que les fonctionnaires travaillent plus pour gagner plus. «Il faudra à l'hôpital comme dans d'autres administrations, augmenter le nombre d'heures travaillées. Mais il faudra payer davantage les agents qui travailleront plus: moins de fonctionnaires, travaillant davantage et mieux rémunérés».

Par ailleurs, l’ancien président souhaite revenir sur le non-remplacement d'un fonctionnaire sur deux partant à la retraite.

Des nouveautés?

Lors du précédent quinquennat, le non-remplacement d’un fonctionnaire sur deux a conduit à la suppression de 150.000 postes. Sarkozy souhaite amplifier cette règle en l’appliquant «obligatoirement aux collectivités territoriales, et pour partie à l'hôpital».

La mise en place d'un contrat de cinq ans serait une nouveauté dans le droit français, car les CDD sont pour l'instant limités à deux ans au maximum. Par ailleurs, Bernadette Groison, secrétaire générale de la FSU, rappelle au Parisien que «sur les 5,4 millions d’agents de la fonction publique, plus d’un million sont des contractuels non titulaires».

Comment ces annonces ont-elles été accueillies?

Rien de nouveau, pour la CGT. «Je rappelle que lors de son discours fondateur à Nantes en septembre 2007, [Sarkozy] avait déjà annoncé sa volonté de mettre fin au statut des fonctionnaires et de recruter à l'avenir des contractuels de droit privé», a expliqué le secrétaire général Jean-Marc Canon. «Reparler des effectifs, du statut, c'est remettre en cause l'organisation, le fondement même de la Fonction publique», a avancé Bernadette Groison, de la FSU. Christian Grolier, secrétaire général de FO, dit avoir «le sentiment d'une surenchère», faisant allusion aux 600.000 suppressions de postes souhaitées par François Fillon.

«Sarkozy s'attaque à l'Etat pour le détruire et non pour le réformer», a réagi le Parti socialiste dans un communiqué ce vendredi. Le ministre du Travail François Rebsamen l’a accusé de «démantèlement de la fonction publique».