Bayrou-Zizou... La chasse aux éléphants de Royal... Video-fight Sarkozy-Royal...

— 

Les must et les coulisses de la campagne, c'est dans votre journal de la présidentielle...

Ne ratez pas non plus notre blog de la présidentielle.

Dimanche 11 mars, J-42

Bayrou-Zizou, même combat? Après le baron Seillière qui voyait en Nicolas Sarkozy le Zidane de l'équipe France, c'est au tour de François Bayrou
 de tenter l'analogie footballisitique: «à la vérité, nous avons une équipe qui est l'une des meilleures équipes de France.» Attention au coup de boule, même les meilleurs perdent parfois en finale.

«Je crois que dans cette première phase de campagne, et à cause du débat interne, les dirigeants du Parti socialiste n'ont pas suffisamment fait bloc autour de moi au début de cette campagne.» Ségolène Royal, pas vraiment langue de bois sur M6. A bon entendeur! Ségolène sereine «n'imagine pas» ne pas être présente au second tour. Lionel Jospin non plus, en 2002...

La cuisine électorale est vraiment très compliquée. Le politologue Thierry Vedel nous l’apprend sur son blog: «on ne connaît pas la marge d’erreur des sondages politiques.» Tout cela n’aide pas les commentateurs qui s’en remettront aux valeurs sures.

Stratégies très différentes pour les vidéos de Ségolène Royal et de Nicolas Sarkozy.
Premier degré sans fioritures pour le candidat UMP. Musique tendance et effets de montage pour la candidate PS. A vous de juger, comme on dit sur France Télévision.

ICH LIEBE DICH
envoyé par skidoo


Corinne Lepage
a trouvé son prince charmant. La candidate de Cap 21 rallie François Bayrou car «il incarne aujourd'hui un véritable changement dans le pays, qui peut permettre à l'écologie politique d'occuper la place qui lui revient, c'est-à-dire au centre de l'échiquier.» Rien à voir donc avec son envol dans les sondages. Soucieuse de préserver els apparences, elle affirme qu’elle a pris cette décision «malgré ma capacité à obtenir les 500 signatures.» Pourtant, vendredi, elle expliquait à 20minutes.fr qu’elle était bloquée sous la barre des 300.

Pour Laurent Fabius, «c'est clair et net»: «M. Sarkozy est en difficulté dans les sondages et veut draguer l'extrême-droite», a-t-il déclaré au Forum de Radio J, jugeant cette attitude «détestable». «Il a commencé sa campagne en citant Jaurès et Blum, il en est à faire des clins d'oeil appuyés à M. Le Pen», a encore fustigé le candidat malheureux à la primaire socialiste, qui estime par ailleurs que le PS doit «garder son sang froid» face aux sondages, alors que l'un d'eux donne pour la première fois François Bayrou au même niveau que Ségolène Royal....

Nicolas Sarkozy qui a défendu sur Canal + son projet de créer un ministère de l'immigration et de l'identité nationale, s'il est élu. «Moi je dis, qu'est-ce que c'est la France? Qu'est-ce que c'est qu'être français? Je dis, il y a une identité nationale qui n'est pas réductible à une ethnie, c'est choquant? Je dis que les immigrés qui vont nous rejoindre doivent adhérer à cette identité nationale, c'est choquant? Et Mme Royal, qui est quelqu'un que je croyais raisonnable mais dont je ne partage pas les idées, vient dire "ignoble"?», s'est interrogé le ministre candidat.

Samedi 10 mars, J-43

François Bayrou deviendrait arrogant. C'est ce que raconte Christophe Barbier sur son blog. En même temps, au vu du week-end vécu par le candidat centriste, on peut comprendre...


Nicolas Sarkozy et la banlieue, c'est toujours pas gagné. Vu sur le blog de John-Paul Lepers, cette vidéo en marge de la réunion du candidat UMP à Cormeilles en Parisis. Lire aussi les impressions de cette réunion sur notre blog de la présidentielle.


Les troupes de José Bové en panique. Un appel aux élus a été publié, notamment sur le blog de Patrick Braouezec, demandant que «toutes les sensibilités du mouvement antilibéral puissent se présenter».

Une qui semble sortir de la galère des signatures, c'est Dominique Voynet. Une «bouffée d'oxygène», selon Adrien Saumier, le «monsieur Internet» de sa campagne.

Pas besoin d'acheter Marianne pour connaître le résultat de leur vote interne (mais vous pouvez l'acheter quand même...): égalité parfaite entre François Bayrou et Ségolène Royal. 18 voix chacun. A noter que le troisième homme dans le journal de Jean-François Kahn, c'est Dupont-Aignan, avec 4 voix. Autre info: il y a un sarkozyste dans la rédaction...



Vendredi 9 mars, J-44

Besancenot et Bové ministres! C’est en tout cas le souhait des internautes de Elle.fr, qui peuvent élire leur gouvernement idéal. Jean-Louis Borloo serait à Matignon et Lilian Thuram à la Cohésion sociale. Surprise : Clémentine Autain au ministère de l’Intérieur.

Pour qui roule Borloo? Rachida Dati avait fait état d’un «soutien sans faille». Réponse cinglante du ministre de l’emploi et de la cohésion sociale: pas d’accord «à ce jour». Les négociations sont ouvertes.

Pause syndicale pour Ségolène Royal qui a reçu vendredi Bernard Thibault (CGT), et François Chérèque (CFDT). Au menu, réforme de la démocratie sociale: «un pays moderne du point de vue du dialogue social est un pays efficace sur le plan économique».

Les batailles de chiffres, ça existe aussi sur Second life. Loïc Le Meur se vante de faire «deux fois plus d’audience que le PS après dix jours seulement». Faus répond le blog slobserver : les chiffres de trafic au 6 mars 2007 sont de 14 171 pour le QG socialiste et de 11 984 pour le siège de l’UMP.

Philippe Martin, député PS du Gers, fait dans l’image fleurie a propos du pouvoir d’attraction de François Bayrou sur les élus socialistes. «Les palombes ne sont pas encore parties vers le Béarn, les oiseaux sont encore sur les fils. Celui qui partira le premier entraînera tous les autres, mais pour l'instant ce n'est pas fait», en attendant que François Hollande sorte sa carabine.

Il les a! Gérard Schivardi a mouché Jean-Marie Le Pen et José Bové. Il devrait annoncer demain qu’il a obtenu les 500 parrainages, une semaine avant la date limite. Reste maintenant à se faire connaître des dizaines de millions d’électeurs français.

Ségolène Royal championne de l’audimat. Après «J’ai une question à vous poser», le Grand Journal présenté par Ségolène Royal jeudi soir a battu le record établi par Nicolas Sarkozy vendredi dernier (2,5 millions contre 2,2). La guéguerre continue avec «A vous de juger» sur France 2.

Si vous aimez la campagne présidentielle et la Nouvelle star, vous allez adorer segoetsarkochantent.net. Des discours mis en musique, qui montrent que les principaux candidats ont le rythme dans la peau.

Cri du cœur de François Bayrou dans le «New York Times»: «Je suis un démocrate, je suis un clintonien.» Le candidat UDF parlait bien sûr d’orientation politique, pas des frasques. Chez les Clinton, Frankie Bayrou est plutôt Bill qu’Hillary: s’il pouvait voter à l’élection présidentielle de 2008, il choisirait Al Gore plutôt que l’ancienne First Lady.

Nicolas Sarkozy a proposé la création d’un ministère de l’Immigration. Guy Birenbaum a failli en tomber de sa chaise sur son blog 20 Minutes.

La communiste déculottée se rhabille. Fan de Marie-George Buffet, Chiche animait un blog percutant. C'est terminé. En testament, un beau slogan: «Avec Bayrou, l'avenir bleu gadoue».

Bayrou voulait Strauss-Kahn en Premier ministre, DSK décline, mais fait du pied au centriste. Dans
«Le Monde», il invite le candidat UDF a rejoindre les éléphants: «Ségolène Royal, parce qu'elle n'est pas centriste mais occupe une position centrale, est la mieux placée pour rassembler. François Bayrou devra finir par se déterminer. S'il va jusqu'au bout de sa logique –et je l'y encourage!– il se prononcera contre l'alliance avec Nicolas Sarkozy. Cela fera une belle majorité pour battre Sarkozy et pour changer la France: c'est mon combat!»

«Il y a le feu au lac»: le très social Jean-Luc Mélenchon perd son sang-froid. «La montée en puissance de Bayrou dans les sondages (j'inclus leur dimension manipulatoire dans mon analyse) menace bel et bien de jeter tout le paysage politique cul par-dessus tête.» Le sénateur de l’Essonne en profite pour raconter un bureau national du PS: «Il s’est bien sûr trouvé un musclé du sang-froid pour recommander à toutes les autres mauviettes participantes de «garder leur calme» quand bien même ne l’avions-nous nullement perdu.» Analyse de Méluche: ce genre de posture «virile» a déjà prouvé toute son inefficacité contre Le Pen en 2002.

Mélenchon et ses amis de la gauche du PS dans le collimateur de Franz-Olivier Giesbert. A propos de la campagne Royal, «de toute évidence, c’est la gauche du PS, dépassée et scolastique, qui est son boulet et son handicap.»

Mais pour qui vote Marianne? Si cette question vous titille, il faudra acheter l’hebdo.

Vote des journalistes suite. Mais pour qui vote Edwy Plenel? Sûrement pas pour Nicolas Sarkozy.

Nicolas Sarkozy s'en remettra: pour 72% des Français, il dans le vrai. Selon un sondage Opinionway pour LCI et
«Le Figaro» rendu public jeudi, près de trois quarts des Français estiment que Nicolas Sarkozy «a eu raison» d'affirmer qu'il se «battrait» pour que Jean-Marie Le Pen et Olivier Besancenot aient leurs parrainages.

Les profs seraient séduits par François Bayrou. Ça en défrise quelques-uns. Vu sur un blog d’enseignants de Seine Saint-Denis: «Des profs de mon collège, des profs en ZEP, pourraient voter Bayrou? Ils pourraient voter UDF? On ne voudrait pas paraître sectaire mais là, on est sur le point d'être traumatisé!»

Jeudi 8 mars, J-45

Pour la journée de la femme, Ségolène Royal est la rédactrice en chef du «Grand journal» sur Canal +. Ses invités: Cali, Jeanne Moreau mais aussi Sophie Vouzelaud, première dauphine de France mal-entendante.
Interrogé sur le principal défaut d'Arnaud Montebourg, clin d'oeil à la «boutade» de celui-ci lors de la même émission, Ségolène Royal n'a pas répondu.
La candidate PS a également choisi de présenter un extrait du film «La gueule de l'autre» de Pierre Tchernia dans lequel Michel Serrault, qui campe un homme politique, demande à l'un de ses adversaires combien coûte un morceau de viande. Une satire du débat politique que Ségolène Royal n'a pas choisie pour sa caricature du débat politique mais parce que, selon elle, elle met en scène la «vie chère» dont souffrent les Français.

Simone Veil, tout juste intégrée à l’équipe de campagne de Nicolas Sarkozy, attaque: «François Bayrou ne représente pas du tout le centre, il ne représente que lui-même.»

Gérard Le Gall, monsieur sondage du PS, a sonné le tocsin, il y a une dizaine de jours, devant Jean-Louis Bianco et François Rebsamen, les deux directeurs de campagne de Ségolène Royal. Il a redit son inquiétude mercredi matin, à François Hollande et Julien Dray: «La situation politique est une patinoire. Tout le monde peut chuter, y compris Sarkozy. Mais sur cette patinoire, Bayrou avance, avec un phénomène de vases communicants entre son électorat et l’électorat Royal.»

La dégraffer pour un paraphe. Cindy Lee du parti du plaisir propose un strip-tease contre un parrainage de maire.


Jean-Marie Le Pen
se lance dans le télémarketing pour récupérer les dernières signatures manquantes. Faut tout faire soi-même!

Après Nicolas Sarkozy à Cormeilles-en-Parisis vu de la tribune de presse, le même meeting vu du bord de la scène.

Le site de Ségolène Royal change de peau. Il n’y a plus écrit Désirs d’avenir, mais un nouveau slogan très «royal»: plus juste, la France sera plus forte.

Sarkozy l’Hollywoodien. L’équipe du candidat UMP ne recule devant rien. A écouter avec du son.

Nicolas Hulot remet la pressionet cherche lui aussi des signatures, mais pour son pacte écologique. Objectif: le million!


Ségolène Royal
rédactrice en chef, et pas de l’hebdo des socialistes, mais du Grand Journal de Canal+. L’objectif : battre Nicolas Sarkozy qui avait établi un record d’audience pour l’émission vendredi dernier. Le candidat UMP aura l'occasion de se refaire dans la foulée sur France 2 dans l'émission «A vous de juger». Il aura à répondre à des interrogations existentielles: continuera-t-il à se raser après l'élection?

Marine Le Pen joue à se faire peur sur I-Télé: «Il y a vraiment un très grand danger aujourd'hui que Jean-Marie Le Pen soit absent de la compétition, avec toutes les conséquences catastrophiques que cela entraînerait.» Selon la directrice de campagne du président du Front national, il manque aujourd’hui 77 signatures. Une affaire de 77.000 euros?

Edith Cresson a lâché le morceau jeudi matin. La fameuse Dream Team du PS qui voyait le retour des éléphants s’est-elle réunie depuis les quinze jours où elle a été constituée? «Réponse, qui a au moins le mérite de la franchise: non», raconte Jean-Michel Apathie sur son blog.

Mieux vaut tard que jamais. Frédéric Nihous de Chasse Pêche, Nature et tradition lance son site de campagne, en version beta: «les rubriques ne sont encore toutes publiées. L'ensemble sera complété dans le courant de la semaine.» Avec un peu de chance, tout sera finalisé pour le 22 avril ou les élections législatives…


Les femmes votent Bayrou, au moins à «L’Express». L'hebdo a fait voter ses invitées au lancement du numéro spécial «Les Françaises». 108 suffrages exprimés, et 34,25% pour Bayrou, 32,41% pour Sarkozy et seulement 24,07% pour Ségolène Royal. Même le jour de la femme, être une femme ne paie pas.

Interview surréaliste de Jean-Luc Parodi, plus spécialiste de l’opinion publique que du one-man-show. L’interview est publiée sur le compte Dailymotion du parti socialiste, mais il y est surtout question de François Bayrou. Allez comprendre…

Ségolène Royal a le vocabulaire créatif. La candidate socialiste a ajouté mercredi le mot «sororité» à la devise «liberté, égalité, fraternité» mercredi, lors d'un meeting à Dijon. C’est l'équivalent de «fraternité», pour les les femmes et les jeunes filles. Et c’est dans le dictionnaire…

Simone Veil doit annoncer jeudi soir sur TF1 qu'elle rallie Nicolas Sarkozy, dont elle présidera le comité de soutien. Issue de l'UDF, l'ancienne présidente du Parlement européen a de vieux comptes avec François Bayrou. Œil pour œil, dent pour dent.

Mercredi 7 mars, J-46

Bayrou éleveur de champion. Une pouliche de quatre ans née et élevée dans les écuries béarnaises du candidat UDF a gagné une course à l’hippodrome de Saint-Cloud. François Bayrou n’a pas toujours autant de chance: «Le Canard enchaîné» raconte comment, à Marseille, la cote d’une pouliche lui appartenant a grimpé en flèche quand les parieurs se sont aperçus du nom du propriétaire. Las, le bourrin était bien un tocard, et les parieurs en ont été pour leur argent.

Marquage à la culotte d’Olivier Besancenot et Arlette Laguiller, venus tous les deux soutenir les ouvriers de Peugeot-Citroën, en grève pour obtenir une augmentation. Arlette Laguiller espère des lendemains qui chantent: «Ce ne serait que justice que vous obteniez ces 300 euros. Si vous gagnez, vous ouvrirez la voie à tous les autres travailleurs en France.» 300 euros, même pas le prix d’un parrainage!

Jacques Chirac recasé. Le locataire de l'Elysée n'a pas encore annoncé s'il rempilait pour un nouveau bail que ses collaborateurs se font déjà la malle. 18 recasages pour le Conseil des ministres de mercredi, c'est peut-être un record!

Le bluff de Bayrou. Il pourrait nommer un Premier ministre de gauche, mais qui? «J'ai un nom mais comme je n'en ai pas encore parlé à l'intéressé(e), je ne vous le donnerai pas.»

Les dégâts collatéraux de l'affaire Duhamel. Coupable d'engagement pro-Sarkozy, Kamel est mis à l'amende du Bondyblog.

Qui a dit que François Bayrou n'était pas le candidat des médias? Dans la livraison hebdomadaire du «Bleu» de Profession politique, le candidat centriste réussit le Grand Chelem des éditorialistes, qui le placent tous à la hausse. Une "performance" très rare dans le petit milieu médiatique tant décrié par le Béarnais.

Jean-Pierre Chevènement se demande, sur son blog, si François Bayrou continue de se réclamer de Raymond Barre après les récentes déclarations de celui-ci.

Frédéric Nihous, le candidat de Chasse, Pêche, Nature et Tradition (CPNT), toujours à la chasse aux parrainages, a présenté le programme de son parti : refus de «l'Europe fédérale et libérale et l'intégrisme écologiste», «moratoire sur la fermeture des services publics en zone rurale», le retour aux date de chasse traditionnelles pour les oiseaux migrateurs, la réduction du prix de permis de chasser ou encore un moratoire sur l'interdiction du plomb dans les cartouches.

Chabadabada… Corinne Lepage avoue avoir un petit faible pour François Bayrou et reconnaît pouvoir voter pour lui plus facilement que pour d’autres candidats.

Mis en cause par le «Canard enchaîné» pour avoir acheté son appartement de Neuilly à prix préférenciel, Nicolas Sarkozy répond dans l’hebdomadaire satirique. Lequel contre-attaque point par point. Le journal pointe également du doigt, comme promis, l’ISF du couple Royal-Hollande qui aurait sous-évalué son patrimoine immobilier (rappelons que 20minutes.fr était le premier média à avoir révélé le patrimoine de Ségolène Royal). La réponse de Ségolène Royal, en vidéo, mardi soir.


ISF-Ségolène trompe le fisc
envoyé par INFOCOM-Net

Les très très petits candidats présentent leurs programmes sur elyseemoi.fr

Raffarinades suite. L’ancien Premier ministre s’adresse au candidat UMP dans son dernier livre: «Nicolas, tu as les impressionnants mollets de tes efforts, je le confirme. Et tes performances de jogger rivalisent avec celles de Dominique de Villepin

Nicolas Sarkozy va-t-il ouvrir son espace Myspace? C’est ce que laisse entendre en tous les cas le site de l’UMP de Haute-Loire (via Netpolitique)

On connaissait les soirées pyjamas, les réunions Tupperware. Valérie Pécresse, porte-parole de l’UMP, participe, elle, à une soirée spéciale bloggeuse.

Nicolas Hulot garde les candidats à l’oeil: «Parfois, je me demande s’ils ont bien compris ce qu’ils ont solennellement signé.» C’est pas sympa de mettre en doute le Q.I. des candidats!

Sarkozy ne fait pas d’effet à Marine Le Pen. «Nous n'avons rien ressenti de particulier.» La directrice de la campagne présidentielle de Jean-Marie Le Pen parlait bien sûr d’éventuels parrainages de l’UMP.

Le blues de la rue d’Enghien. Tout le monde n’a pas la pêche, dans l’équipe de campagne de Nicolas Sarkozy: «On ressasse. On tourne en rond», lâche un membre de l'équipe de campagne dans «Le Monde» de mercredi après-midi.

Sans charisme facial, point de destin élyséen. C'est la thèse soutenue par René Zayan, professeur de psychologie politique dans le documentaire «Coupez le son», diffusé jeudi sur Canal+ à 22h25. Les gestes et les mimiques des candidats en diraient plus que tous les beaux discours...

Sarkozy fait son come-back en banlieue. Mais pas n'importe laquelle. Le candidat UMP a donné un meeting à Cormeilles-en-Parisis (Val-d'Oise) mardi soir, à un jet de pierre d'Argenteuil.


Mardi 6 mars, J-47

Après Nicolas Sarkozy, c’est au tour du couple Hollande-Royal de subir l’inspection acerbe du Canard enchaîné. Bilan selon l’hebdomadaire, un patrimoine sous-évalué: ils auraient dû verser en 2006 «sept fois plus que ce qu'ils ont effectivement payé» au titre de l'impôt de solidarité sur la fortune (ISF).

Le PS premier sur le Net. Le site du parti socialiste est le plus visité par les internautes qui cherchent à s’informer sur l’élection présidentielle (30%, contre 25% pour celui de l’UMP), selon un sondage Novartis/Harris Interactive pour RTL. Surprise, avec 14%, le site de Voynet dépasse celui de Le Pen. Malheureusement pour la candidate verte, il ne s’agit pas de sondage. Autre information de l'enquête: 66% des inernautes se méfient des vidéos du web.

Mais où est passée la culotte du FN? Le Front national avait fait sensation avec une affiche montrant une jeune beurette, pouce en bas, intitulée droite/gauche, ils ont tout cassé. L’affiche a créé quelques palpitations, surtout au sein même du parti de Jean-Marie Le Pen. Résultat, après retouche, le bout de culotte rose (selon Marine Le Pen, c'est un string) a disparu.

François Hollande propose l’asile politique aux journalistes d’Europe 1. Hélène Fontanaud, dans la tourmente du chant des partisans raconte comment le premier secrétaire du PS l’a réconforté: «Vous pouvez chanter, danser et faire ce que vous voulez. Ici vous êtes en sécurité...»

Candidats, attention, les électeurs sont là! Le nombre d'inscriptions sur les listes électorales s'est très sensiblement accru. Au 1er mars 2007, Paris comptait 1.247.240 inscrits, contre 1.137.941 un an plus tôt, soit une hausse de 9,6%.

Bernard Tapie défend Nicolas Sarkozy face au porte-parole de AC LeFeu: « «Dans ce cas, c’est Assez Sarkozy qu’il fallait appeler ton association. Tu vois, c’est là où je ne suis pas d’accord avec toi. Moi, si je souffre d’un mal que seul un chirurgien du Front National est capable de guérir, eh bien, je lui fais confiance».

Plus ils sont pratiquants, plus les cathos votent à droite. Sondage sans surprise de l’Ifop pour «La Croix». Champion toutes catégories: Nicolas Sarkozy, crédité de 33% au premier tour (alors que Jacques Chirac ne faisait que 25%).

Dans «La Croix» toujours, cette fois datée de mercredi, Dominique Voynet veut «réinventer le modèle républicain en créant un idéal commun.»

Amnesty International interpelle les candidats et pose une bonne question: « Défendre et respecter les droits humains: est-ce encore une priorité pour la France?»

Spécial copinage:
La présidentielle, c’est vraiment une boucherie.

Règlements de comptes à gauche. Michel Onfray répond sur son blog à une lettre de Jean Ferrat, qui répondait lui-même à un post de Michel Onfray. Grande interactivité, à la gauche de la gauche.

Tout est bon à prendre. Jean-Marie Le Pen a déclaré mardi qu'il acceptait toutes les signatures d'élus, «quelles qu'elles soient», et récusé toute «accointance» avec Nicolas Sarkozy. «Je ne demande pas l'opinion politique des maires qui signent pour moi. Toute signature est bonne à prendre, quelle qu'elle soit, celle d'un maire de grande ville ou d'une petite commune, d'un communiste, d'un extrême-droite ou d'un UMP».

LCI plus participatif encore que Ségolène Royal. La chaîne propose, sur son site, aux internautes de se mettre dans la peau d'un candidat. Le principe : les participants présentent leurs programmes sur le site et se font élire par clics. Le vainqueur de cette élection virtuelle sera invité à présenter son programme sur le plateau de la chaîne télévisée.

A fond la caisse! Selon «Libération», dès que François Bayrou a appris que le sondage LH2 pour «20 Minutes» lui donnait 20% d’intention de vote, il a appelé le député Dominique Paillé, ancien centriste, pour lui réclamer une caisse de vin. Dominique Paillé avait parié par SMS que le président de l’UDF n’atteindrait jamais 20% des intentions de vote.

Sarkozy n’a pas la cote, au moins au Royaume-Uni. Sur le site VC, il est donné à 1 contre 2, tandis que Ségolène Royal est à15 contre 8 et François Bayrou à 13 contre 2. Chez Betfair, la cote de Ségolène Royal remonte, pas forcément une bonne nouvelle pour la candidate.

Philippe de Villiers s’essaie à la victimisation au salon de l’agriculture: «Tout le monde trouve qu'il faut sauver Le Pen et Besancenot, personne ne parle de moi. Personnellement j'essaie de me battre pour sauver le candidat Villiers.» Sans doute inspiré par l’ambiance, il a repris une vieille expression popularisée par Ségolène Royal : «C'est à la fin de la foire qu'on compte les bouses.»

Un bonheur ne vient jamais seul : après Alain Duhamel et Patrick Sébastien, le romancier Jean-Christophe Rufin, président d’honneur d’Action contre la faim s’engage pour François Bayrou.

Ségolène Royal première sur le net. Selon une étude de Xitimonitor, la candidate PS est la plus recherchée sur le web. Curieux, les internautes s’intéressent aux grands débats de la campagne: les questions sur sa vie privée sont presque aussi importantes que celles sur son programme.

Cri du coeur d'Olivier Besancenot sur son blog: «Je n'irais pas caresser le cul des vaches.» Le candidat de la LCR précise: «Je préfère défendre, aux côtés de la confédération paysanne ou du Modef (rien à voir avec le Medef), une agriculture paysanne où 80 % des subventions ne serait pas versées à 20 % des agriculteurs les plus riches, pendant que les autre crèvent la misère.»

Jean-Michel Apathie souligne les incohérences de Thierry Breton, coupable d’une volte-face sur Airbus en moins de douze heures : «Il est bien d'évoluer et de réviser ses idées. Mais aussi vite, et aussi radicalement, est-ce bien sérieux?»

Jean-Marie Le Pen est poli, il dit merci à l’UMP pour les parrainages. Mais on ne se refait pas, il se paie quand même Sarkozy, candidat d’un système « absurde », «que le gouvernement UMP avait tout loisir de réformer mais qu’il a laissé perdurer et qu’il voit aujourd’hui se transformer en boomerang.»

Jean-Pierre Chevènement n’y croit pas, Nicolas Sarkozy n’a pas changé. Démonstration sur son blog, avec une explication de texte du programme de politique étrangère de l'UMP. Révolutionnaire, le Ché traite même Sarkozy de «neo-con». Aux Etats-Unis, ce n'est pas une insulte, mais un courant de pensée, celui des néo-conservateurs.

Christophe Barbier de l’Express apprécie l’humour d’André Santini qui lui a fait son best-of en off: «Le seul poste qu’on m’ait promis, c’est le ministère des fruits confits.»

Ségolène Royal rase Jean-Pierre Raffarin et il le fait savoir : « Elle séduit de loin et elle irrite de près», dans la bande à Bonnaud, sur France Inter.

François Bayrou aime le rock allemand des années 80. «J'ai décidé que 2007 serait la grande année du changement», a-t-il déclaré lundi soir à Toulouse, un hommage au groupe mythique Scorpion et son célèbre «Wind of change»?


Lundi 5 mars, J-48

Après Sarkozy dictateur, Sarkozy grand seigneur. Le candidat UMP a affirmé lundi soir sur France 3 qu'il «se battrait» pour que ses concurrents à la présidentielle comme Olivier Besancenot ou Jean-Marie Le Pen aient leurs parrainages et puissent se présenter. Le candidat FN s'est justement réjoui lundi du parrainage d’un conseiller général UMP haut-normand, André Danet...

Le candidat qui monte, qui monte…François Bayrou gagne encore trois points selon le baromètre «20 Minutes»-RMC-BFMTV-LH2, atteignant la barre des 20%. Prudence, toutefois, 58% des personnes interrogées indiquant ne pas avoir fait définitivement leur choix.

La grève du blog de DSK est terminée. Les 2500 commentaires ont été effacés. Les internautes s’en tirent avec un carton jaune, un rappel au règlement, et comme punition, l’obligation de visiter le blog du manifeste social-démocrate. Ouf! on a eu peur, on a presque cru qu’il avait pris sa retraite comme le laissait à penser le site dsk.net.

Sarkozy aussi dictateur que De Gaulle. L’analogie est de Patrick Devedjian, sur son blog. Tout ça pour s’attaquer à Dominique Barella, ancien président de l’USM (union syndicale des magistrat), qui soutient Ségolène Royal.

Question surprenante en une du «Monde» à Ségolène Royal : «Si vous êtes élue le 6 mai, emménagerez-vous à l’Elysée ? Je choisirai la solution la plus utile à l’exercice de ma fonction, tout en préservant ma vie de famille.» Le «château» semble plus sûr que l’appartement de la candidate à Boulogne, déjà «visité».

Voynet déçue par Royal. La politique étrangère de la candidate socialiste ne plaît pas à la candidate verte. Jugement lapidaire: trop «chiraquienne».

Plus dur que le BEPC, le «test d’intégration», proposé par Nicolas Sarkozy pour les candidats au regroupement familial : «Je souhaite donc qu’ils soient soumis, dans nos consulats, à un test démontrant leur connaissance sommaire de la langue française.»

Un journaliste français qui raconte en anglais la présidentielle française, ça existe! Et c'est ici.

L'UMP en sauveur de Le Pen et de Bové ? Le parti de droite appelle lundi les élus non membres de formations politiques à parrainer les candidats n'ayant pas encore réussi à obtenir les 500 signatures. «Les idées de Jean-Marie Le Pen ne sont pas les nôtres. La meilleure façon de les contredire, c'est de les contredire en face. C'est pour ça que l'UMP n'a pas, contrairement au Parti socialiste, donné de consigne écrite à ses élus, leur interdisant de parrainer tel ou tel. Dominique Voynet, Olivier Besancenot, Corinne Lepage... peuvent tous avoir une vraie légitimité à présenter leurs idées dans le débat politique. Idem pour José Bové car il est légitime que le courant altermondialiste soit représenté», ont déclaré les porte-paroles du parti.

Tous les principaux candidats ont lancé leur web TV. Revue de détail.

La stratégie du pire? Un militant de José Bové suggère, sur son site de soutien, de récupérer des parrainages de maires de droite en leur faisant valoir l'intérêt qu'aurait Nicolas Sarkozy à voir la gauche divisée.

José Bové tient son contre-salon de l’agriculture et se justifie de ne pas participer cette année à celui de la porte de Versailles : «Ce n’est pas en déambulant et en tapant sur le cul des vaches qu’on défend l’agriculture !»

Scoop sur le blog de Jean-Michel Apathie : Nicolas Sarkozy est le prochain président de la République. «Aujourd'hui, Nicolas Sarkozy a gagné l'élection présidentielle», écrit, avec assurance, le journaliste. La preuve : le dernier sondage qui le donne vainqueur. Avant de se contredire, quelques lignes plus bas : «L'exemple montre bien qu'à cette étape, rien n'est joué».

Le Pen s’est vraiment fait piraté. La justice a confirmé que quelqu’un s’était bien introduit dans le système informatique du FN. Jean-Marie Le Pen avait porté plainte jeudi. Le piratage expliquait selon lui que la circulation de la liste des parrains potentiels.

Borloo qui veut se pacter avec Sarkozy et la guerre Europe 1 contre le MJS, c'est dans le journal de la présidentielle de la semaine dernière