Mélenchon appelle les frondeurs à «aller au bout de leur logique»

POLITIQUE En votant contre la confiance au gouvernement...

M.G. avec AFP
Jean-Luc Mélenchon, au Parc de la Courneuve lors de la Fête de l'Humanité, le 13 septembre 2014.
Jean-Luc Mélenchon, au Parc de la Courneuve lors de la Fête de l'Humanité, le 13 septembre 2014. — KENZO TRIBOUILLARD / AFP

L'ancien coprésident du Parti de gauche Jean-Luc Mélenchon a appelé ce samedi les frondeurs du PS à «aller au bout de leur logique» et à voter contre la confiance au gouvernement, mardi à l'Assemblée.

«Ces députés n'ont aucune excuse. Ils sont libres dans un pays libre et ils ont été élus. Par conséquent ils doivent aller au bout de leur logique (...) il ne suffit pas de faire de la mousse médiatique», a déclaré à la presse Jean-Luc Mélenchon, à l'issue d'un déjeuner réunissant Front de gauche, écologistes et frondeurs PS au Parc de la Courneuve lors de la Fête de l'Humanité.

«Il faut assumer sa responsabilité devant le peuple français. Et si l'on pense comme c'est mon cas et comme c'est leur cas, que Manuel Valls ne mérite pas la confiance des parlementaires, ils doivent voter contre. Ca n'a pas de sens de s'abstenir à propos de la confiance que l'on fait ou non à un gouvernement. Ca n'a pas de sens. Donc il faut voter contre», a insisté Jean-Luc Mélenchon.

«Fourbe impopulaire»

Plus tard dans l'après-midi, il s'en est pris avec virulence à François Hollande, «monarque républicain» accusé de se servir contre les députés de sa propre «impopularité».

«L'Assemblée nationale doit être maîtresse d'elle-même mais dans les institution de la Ve République voyez comme le monarque républicain, ce fourbe totalement impopulaire qui se ferait jeter des pierres dans la rue (...) vient menacer les députés de sa propre impopularité», a-t-il déclaré lors de son discours sur «la VIe République» au stand du Parti de gauche.

«Il leur dit "si vous ne faites pas ce que je vous dis de faire alors je dissoudrai l'Assemblée nationale et vous serez battus à cause de moi" . Sa seule force c'est sa turpitude, c'est sa faiblesse», a-t-il ajouté. «Députés, vous n'êtes pas les députés de François Hollande et de Manuel Valls, vous êtes les députés du peuple français», a lancé l'eurodéputé.

Appel à voter contre la confiance

«Votre devoir est de rester fidèle à votre parole, au contrat qui s'est conclu avec les électeurs, vous n'avez pas à avoir peur et je dis que le chef de l'Etat et plus encore le Premier ministre désigné dans la minorité d'extrême droite du mouvement socialiste, n'a aucune raison, ni aucun pouvoir qui lui donne l'autorité de menacer l'Assemblée nationale de dissolution si on ne lui obéit pas», a-t-il dit.

Pierre Laurent, dans son discours de réception des personnalités a également de nouveau appelé les députés à voter contre la confiance comme le feront les députés du Front de gauche.