Fête de l'Humanité: Kerviel salue Mélenchon qui lui a «tenu la main»

POLITIQUE L'ex-trader avait été officiellement invité...

20 Minutes avec AFP
— 
Jérôme Kerviel a été accueilli par Jean-Luc Mélenchon à la fête de l'Huma, le 13 septembre 2014.
Jérôme Kerviel a été accueilli par Jean-Luc Mélenchon à la fête de l'Huma, le 13 septembre 2014. — KENZO TRIBOUILLARD / AFP

Jérôme Kerviel, a été accueilli ce samedi à la fête de l'Humanité par Jean-Luc Mélenchon, «un homme qui a tenu la main» à l'ex-trader «au moment où (il) était le plus mal».

«Ce sont des gens comme Jean-Luc (Mélenchon) et Julien (Bayou, porte parole d'EELV, également présent) qui m'ont donné la gnaque de continuer dans les moments d'abattement», a déclaré Jérôme Kerviel à son arrivée au stand du Parti de gauche (PG) face à un mur de caméras, micros et appareils photo.

Jean-Luc Mélenchon, «c'est au delà de l'homme politique, c'est un homme qui m'a tenu la main au moment où j'étais le plus mal», a-t-il dit.

 

«Ce sont ces gens-là qui m'ont ramené à la vie», a ajouté Jérôme Kerviel qui précise «on est dans un combat qu'on partage, celui de plus de régulation».

«Le retour dans la vie est un peu compliqué», a-t-il aussi expliqué disant ne pas avoir «encore réalisé». «J'ai eu une semaine un peu compliquée (...) c'est la réacclimatation à la vie (...) je réapprends à vivre», a-t-il ajouté.

Son avocat Me David Koubbi a également remercié Jean-Luc Mélenchon pour son «acte courageux», «très tôt» dans l'affaire Kerviel qui a été de «publier une tribune qui a troublé jusque dans (ses) rangs». «Quand Dreyfus a été accusé à tort, il y a eu un débat dans la gauche» pour savoir s'il fallait le soutenir, a lancé Jean-Luc Mélenchon.

«J'ai fait le même raisonnement que le grand Jaurès»

«Jaurès hésite. Comme moi, au début, j'ai eu un réflexe, j'ai hésité», a-t-il ajouté puis «j'ai fait le même raisonnement que le grand Jaurès».

«Ceci n'est pas un trader, ceci est un homme», a lancé le leader du Parti de gauche assurant que «Jérôme Kerviel a sa place ici parce que ça s'appelle la fête de l'Humanité, pas la fête de la gauche mais la fête des Humains».

Jérôme Kerviel a ensuite quitté la fête de l'Humanité.

Symbole des dérives de la finance qu'il dénonce aujourd'hui, Jérôme Kerviel est sorti lundi de prison pour finir sous bracelet électronique la peine à laquelle il a été condamné pour avoir causé 4,9 milliards de pertes à la Société générale.