VIDEO. Affaire Thévenoud: L'UMP réclame une enquête fiscale

POLITIQUE Pour le président du groupe UMP à l'Assemblée nationale Christian Jacob, «s’il y a eu fraude délibérée, le ministre devra saisir la justice»…

20 Minutes avec AFP

— 

Le député socialiste Thomas Thévenoud, en 2013.
Le député socialiste Thomas Thévenoud, en 2013. — Thomas Samson afp.com

Le président du groupe UMP à l’Assemblée nationale Christian Jacob a demandé ce mardi au ministre du Budget Christian Eckert de saisir la commission des infractions fiscales sur le cas du député PS Thomas Thévenoud «pour savoir s’il y a eu une fraude».

La commission des infractions fiscales est une autorité administrative indépendante, saisie par le ministre du Budget, pour des dossiers susceptibles de fraude fiscale.

«S’il y a eu fraude délibérée, le ministre devra saisir la justice»

«Il faut s’interroger comment il [Thomas Thévenoud] a pu en arriver là. On va demander au ministre de Budget de saisir la commission des infractions fiscales pour voir s’il y a eu fraude ou pas», a déclaré Christian Jacob lors d’un point presse.

«S’il y a eu fraude délibérée, le ministre devra à ce moment-là saisir la justice», a-t-il estimé, en jugeant que «les informations penchent largement vers le fait qu’il y a eu fraude».

Le président du groupe UMP a par ailleurs estimé que Manuel Valls n’avait plus qu’une «majorité de façade» à l’Assemblée et que «ses jours étaient comptés» face «aux coups de boutoir de Martine Aubry et des frondeurs».

Pour le Front de Gauche, Thévenoud aurait dû démissionner de l’Assemblée

Christian Jacob n’est pas le seul à revenir sur l’affaire Thévenoud ce mardi. Le chef de file des députés Front de gauche, André Chassaigne, a aussi vivement regretté mardi que Thomas Thévenoud ne démissionne pas de l’Assemblée nationale car «personne ne peut échapper au devoir d’exemplarité». Au Front de gauche, «nous sommes tous extrêmement choqués par un comportement qui a de graves conséquences car il aggrave la coupure entre le peuple et ses représentants», ajoute-t-il.

«C’est incompréhensible, gravissime, inconséquent de ne pas mesurer les dégâts à l’encontre de la parole publique, cela fait du mal à la politique», s’est exclamé le député communiste du Puy-de-Dôme. Thomas Thévenoud «se grandirait en démissionnant (…) personne ne peut échapper au devoir d’exemplarité».