VIDEO. Assemblée nationale: Les ministres souhaitent la démission de Thomas Thévenoud

POLITIQUE Les membres du gouvernement veulent que l'éphémère secrétaire d'Etat ne siège plus à l'Assemblée nationale...

D.B. avec AFP

— 

no caption
no caption — Fabien Novial, Camille Michelland, Alexandre Marchand AFPTV

Thomas Thévenoud a annoncé lundi soir sa décision de se mettre en retrait du Parti socialiste, mais de conserver son poste de député. L’élu de Saône-et-Loire entend ainsi se soustraire aux appels à la démission qui se multipliaient, à la suite de son exfiltration du gouvernement pour non-paiement de ses impôts. Son épouse, qui travaillait comme chef de cabinet de Jean-Pierre Bel, le président du Sénat, a de son côté été mise à pied.

Pour autant, sa position risque de vite devenir intenable. Ce mardi matin, les membres du gouvernement ont renouvelé leurs mises en garde.

Le porte-parole du gouvernement Stéphane Le Foll, en rappelant que «la faute qu’il a faite, aussi morale et inacceptable qu’elle soit, n’implique pas une inéligibilité ni une obligation de démissionner», s’est étonné qu’il ait «accepté de rentrer au gouvernement et surtout ne pas avoir déclaré ses impôts pendant trois ans…. C’est toujours la question que je me pose: comment ils font? Comment ils arrivent tous les jours en se levant le matin et que cela ne leur pose pas un petit problème au niveau du vécu?».

«C’est un peu dur à avaler»

Jean-Marie Le Guen, secrétaire d’Etat aux Relations avec le Parlement, a relevé sur France 2 qu'«il appartient à ce député de prendre ses responsabilités». S’il était lui-même placé dans un tel cas, «je pense que j’en aurais tiré les conséquences», a répondu l’ancien élu de Paris.

Même tonalité chez Marisol Touraine, la ministre de la Santé. «C’est sa responsabilité, c’est à lui de voir ce qu’il doit faire en se regardant dans la glace, c’est vrai que c’est un peu dur à avaler», a déclaré la ministre sur iTélé au sujet de l’éphémère secrétaire d’Etat au Commerce extérieur.

Les électeurs de Saône-et-Loire «seuls juges»

Marine Le Pen, présidente du Front National, a estimé mardi que le gouvernement avait passé un «accord» avec Thomas Thévenoud, ce dernier quittant le PS mais restant député pour ne pas fragiliser davantage la majorité. «Il y a un accord avec le gouvernement, très clairement, ils ont besoin de Thévenoud pour avoir la majorité», croit-elle savoir.

Enfin, s’il assure que ses «électeurs de Saône-et-Loire seront [ses] seuls juges», Thomas Thévenoud ne trouvera pas de réconfort dans les commentaires de ces derniers sur le site du journal local, lejsl.com, qui s’étonnent tous de son choix de rester en place.