Thévenoud: Jacob voit des «petites manœuvres» autour de son sort

AFFAIRE THEVENOUD Selon le chef de file des députés UMP, Thomas Thévenoud serait basculé au groupe radical mais continuerait à voter avec le PS de façon que le groupe PS continue d’avoir la majorité absolue….

20 Minutes avec AFP
— 
Le chef de file des députés UMP, Christian Jacob, le 15 juillet 2014 à l'Assemblée nationale.
Le chef de file des députés UMP, Christian Jacob, le 15 juillet 2014 à l'Assemblée nationale. — NICOLAS MESSYASZ/SIPA

Le chef de file des députés UMP, Christian Jacob, voit des «petites manœuvres» autour du sort de l’éphémère secrétaire au Commerce extérieur Thomas Thévenoud à l’Assemblée, alors que la majorité absolue du groupe PS serait menacée si le député démissionnait.

Christian Jacob demande au Parti socialiste d’assumer

«Aujourd’hui en droit personne ne peut lui retirer son mandat», a rappelé l’élu de Seine-et-Marne à BFMTV. Son devenir est «sa décision personnelle, celle de son groupe politique, celle du Parti socialiste». «C’est à eux d’assumer, et d’abord Thomas Thévenoud», selon M. Jacob.

Interrogé sur les cas de députés UMP restant en fonction malgré des affaires judiciaires les concernant par exemple, Christian Jacob a affirmé que ces situations n’avaient «absolument rien à voir».

D’après lui, la solution pour «J’ai cru comprendre qu’on était dans les petites manœuvres» sera vraisemblablement à mi-chemin», c’est-à-dire ni démission ni statu quo. Car, a rappelé M. Jacob, une démission du député PS, suivie d’une législative partielle, risquerait d’entraîner la majorité dans une zone dangereuse, le groupe socialiste (SRC) disposant actuellement de 290 voix, soit la majorité absolue plus une voix.

Thomas Thévenoud au groupe radical?

«J’ai cru comprendre qu’on était dans les petites manœuvres, c’est-à-dire qu’il irait au groupe radical mais continuerait à voter avec le PS de façon que le groupe PS continue d’avoir la majorité absolue», a déclaré le patron des députés UMP.

Cependant, le président du groupe des radicaux de gauche, Roger-Gérard Schwartzenberg, a démenti une telle hypothèse. «Ce n’est pas le cas et ce serait assez difficile», a-t-il déclaré. Pour l’élu du Val-de-Marne, si M. Thévenoud est «de mauvaise foi (sur sa situation fiscale), il est préférable qu’il démissionne».