Austérité: Aubry et Valls se contredisent

POLITIQUE La maire de Lille souhaite assouplir la politique d'austérité menée par le gouvernement, mais le Premier ministre regrette qu'elle ajoute de la division aux difficultés économiques...

20 Minutes avec AFP

— 

Martine Aubry et Manuel Valls.
Martine Aubry et Manuel Valls. — B.CHIBANE/SIPA

Manuel Valls a réaffirmé dimanche en marge d'un déplacement à Bologne (Italie) que son gouvernement n'avait pas recours à «l'austérité» et répondu à la maire de Lille, Martine Aubry, qui veut infléchir la politique économique.

Martine Aubry a déclaré dimanche qu'elle allait faire des propositions «dans les semaines qui viennent». «Il y a des inflexions à faire dans la politique économique pour que la croissance revienne, réduire les déficits il faut le faire (...) sans casser la croissance», a professé l'ancienne dirigeante du Parti socialiste (PS).

«Nous ne faisons pas d'austérité»

«Il faut faire des réformes mais nous ne faisons pas d'austérité», a rétorqué devant la presse le Premier ministre français, qui participait avec son homologue italien, Matteo Renzi, à la Fête de l'Unita à Bologne (centre-nord).

«Martine Aubry, comme chacun le sait parfaitement, a bénéficié d'enseignants en plus, de policiers en plus à Lille. C'est ça l'austérité? c'est quoi un infléchissement?», a-t-il lancé. « Ce que j'attends des socialistes (...) c'est de faire corps, nos divisions, elles minent», a ajouté Manuel Valls qui sollicitera le 16 septembre la confiance de l'Assemblée nationale (Parlement). Selon lui, les Français «attendent un gouvernement fort, soutenu par un parti qui s'engage».