VIDEO. Propos de Hollande sur les pauvres selon Trierweiler: «C'est n'importe quoi», dénonce Royal

REACTION La ministre Ségolène Royal, ancienne compagne de François Hollande, a réagi aux propos de Valérie Trierweiler…

20 Minutes avec AFP

— 

La ministre de l'Écologie Ségolène Royal n'ira pas à l'Uniersité d'été du PS à La Rochelle.
La ministre de l'Écologie Ségolène Royal n'ira pas à l'Uniersité d'été du PS à La Rochelle. — X.LEOTY / AFP

La ministre de l'Energie et de l'Ecologie, Ségolène Royal, a qualifié de «n'importe quoi» les propos méprisants attribués au président François Hollande sur les pauvres par son ex-compagne Valérie Trierweiler dans son livre paru jeudi.

Interrogée sur RMC/BFMTV sur l'impact de ce livre sur la fonction présidentielle, Ségolène Royal, ex-compagne du chef de l'Etat et mère de ses quatre enfants, a d'abord répondu à plusieurs reprises ne pas vouloir se «laisser entraîner sur le terrain privé».

>> Revue de presse des éditorialistes

Mais à une nouvelle question sur le passage du livre où Valérie Trierweiler écrit qu'«en réalité, le président n'aime pas les pauvres» qu'il surnommerait selon elle les «sans dents», Ségolène Royal a répondu: «c'est n'importe quoi, c'est le contraire de l'engagement politique d'un grand responsable de gauche, socialiste». «C'est le contraire de son identité politique, il faut être sérieux», a-t-elle ajouté.

«Dignité de la fonction»

«Il faut juger les hommes politiques sur leurs actes», a-t-elle estimé, renvoyant à l'action de François Hollande notamment en Corrèze et à «l'attention portée aux plus précaires» dans ce département lorsqu'il le présidait.

Sollicitée sur la démarche de Valérie Trierweiler, la ministre de l'Ecologie a affirmé: «Je n'alimenterai en aucune façon ce débat». Selon Ségolène Royal, «il faut avoir une certaine dignité de la fonction politique que l'on exerce et ne pas s'en laisser dévier».

Dans son ouvrage Merci pour ce moment, la journaliste accuse par ailleurs Ségolène Royal d'avoir monnayé son ralliement à François Hollande lors de la campagne de 2012.

«Vous ne m'entraînerez pas sur ce sujet», a seulement réagi la ministre.