Francois Rebsamen à la sortie de Matignon le 10 juillet 2014 à Paris
Francois Rebsamen à la sortie de Matignon le 10 juillet 2014 à Paris — Kenzo Tribouillard AFP

POLITIQUE

VIDEO. Polémique sur le contrôle des chômeurs: Rebsamen ne veut pas les «stigmatiser»

Il s'étonne par ailleurs de «l'emballement médiatique»

Le ministre du Travail François Rebsamen a affirmé mardi qu'il ne voulait pas «stigmatiser les chômeurs» mais seulement «rappeler la loi», lorsqu'il a demandé à Pôle emploi de «renforcer les contrôles» sur les recherches réelles d'emploi, ajoutant ne pas «comprendre l'emballement médiatique».

 

Après le tollé provoqué par ses propos mardi matin sur i-TELE, où il demandait à Pôle emploi de «renforcer les contrôles pour vérifier que les chômeurs cherchent bien un emploi», François Rebsamen a expliqué dans la soirée sur RTL avoir simplement voulu rappeler que les chômeurs ont «des droits et des devoirs».

«Je ne comprends pas l'emballement médiatique», a-t-il dit.

Pas de nouveau dispositif

Le ministre du Travail a assuré que «quand la gauche est là, elle ne harcèle pas les chômeurs». «Je ne demande que l'application de la loi», a-t-il insisté.

Un peu plus tôt, l'entourage du ministre avait précisé «ces contrôles existent déjà» et qu'«aucun nouveau dispositif n'est prévu».

 

«Les demandeurs d'emploi ont droit à un accompagnement de qualité, à un niveau de protection sociale, d'indemnisation, mais ils ont aussi le devoir de rechercher un emploi ou de se former pour en retrouver un. Il est normal que Pôle emploi les contrôle», avait insisté la même source.

Inadéquation

«A partir du moment où il y a un nombre conséquent d'emplois non pourvus à côté de ces chômeurs qui cherchent un emploi, il faut s'interroger sur la raison de cette inadéquation. Et les contrôles sont un bon moyen de se rendre compte de ce qui ne marche pas», avait-elle ajouté.

>> A lire sur 20 Minutes: Ce que pôle emploi fait déjà...

«En même temps, le contrôle va permettre de lever une suspicion qui existe déjà dans certains esprits mal tournés, sur le fait que les demandeurs d'emploi ne cherchent pas d'emploi», selon l'entourage du ministre.