François Fillon et des députés UMP en Irak pour rencontrer des responsables

POLITIQUE Il est accompagné de Valérie Pécresse, Eric Ciotti et Etienne Blanc...

20 Minutes avec AFP

— 

François Fillon le 6 juillet 2014 au Mans, dans la Sarthe, juste avant de participer à une compétition automobile
François Fillon le 6 juillet 2014 au Mans, dans la Sarthe, juste avant de participer à une compétition automobile — Jean-François Fillon AFP

François Fillon était en déplacement lundi avec d'autres parlementaires UMP à Bagdad où il a rencontré de hauts responsables irakiens avant de se rendre mardi au Kurdistan, a annoncé lundi le parti dans un communiqué.

Selon Le Point, le ministre de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve, aurait tenté de dissuader l'ancien Premier ministre de se rendre dans ce pays en guerre pour des raisons de sécurité.

Le co-président par intérim de l'UMP et le député Pierre Lellouche «étaient aujourd'hui à Bagdad où ils se sont entretenus avec plusieurs hauts responsables irakiens dont l'ancien vice-Président Adel Abid Al-Mahdi, le vice-Premier Ministre en charge des affaires énergétiques, Hussain Ibrahim Saleh Al-Shahristani, le Ministre des Affaires étrangères, Hoshyar Zebari et Monseigneur Louis Sako, Patriarche de l'Eglise chaldéenne», a rapporté l'UMP.

A Erbil, mardi

Ils ont aussi rencontré «plusieurs personnalités politiques de premier plan appartenant aux trois communautés (chiites, sunnites, kurdes)» et rejoindront mardi à Erbil au Kurdistan le reste de la délégation du groupe UMP à l'Assemblée nationale composée de Valérie Pecresse, Eric Ciotti et Etienne Blanc.

La délégation traitera «avec les autorités kurdes et les autorités religieuses chrétiennes de la situation sécuritaire et des secours qui doivent être apportés par la communauté internationale à quelque 200.000 chrétiens réfugiés au Kurdistan qui survivent dans des conditions extrêmement difficiles», lit-on plus loin dans le communiqué.

«Détruire la menace de l'Etat islamique»

«Face à la menace extrêmement grave que fait peser l'État islamique sur la stabilité du Moyen-Orient dans son ensemble et sur la stabilité de l'Europe tout doit être fait avec la participation des Européens, des Américains mais également des États de la région pour stopper puis détruire la menace de l'Etat islamique», demande le parti de droite.

Alors que la France a livré des armes aux Kurdes, en première ligne face aux jihadistes dans le nord de l'Irak, François Hollande a proposé jeudi de réunir une conférence internationale à Paris «pour organiser la coordination de l'action internationale contre l'Etat islamique, sur les plans humanitaire, sécuritaire mais aussi militaire».

Cette conférence «est un pas utile dans cette direction que soutiendra l'UMP», souligne le communiqué.