Juppé mise sur sa popularité en vue de 2017

POLITIQUE Le maire de Bordeaux a réaffirmé ce mercredi qu'il serait candidat à la primaire UMP de 2017, même si Nicolas Sarkozy se présente...

D.B. avec AFP
— 
Former French Prime Minister and current mayor of Bordeaux Alain Juppe arrives at the French employers' association Medef summer conference on August 27, 2014 in Jouy-en-Josas, near Paris.  AFP PHOTO ERIC PIERMONT
Former French Prime Minister and current mayor of Bordeaux Alain Juppe arrives at the French employers' association Medef summer conference on August 27, 2014 in Jouy-en-Josas, near Paris. AFP PHOTO ERIC PIERMONT — AFP

Plud déterminé que jamais. Alain Juppé a affirmé ce mercredi sur France 2 qu’il maintiendrait sa candidature à la primaire UMP de 2017 même si Nicolas Sarkozy venait à se présenter. «Nous en parlerons avec lui (Sarkozy) mais la pluralité de candidats à une primaire est une bonne chose».

Autre bon point pour lui: Alain Juppé est le responsable politique jugé le plus capable de sortir la France de la crise économique, devant Manuel Valls et Nicolas Sarkozy à égalité, selon un sondage Ipsos-Le Point publié mercredi*.

François Hollande arrive dernier de ce banc d’essai concernant dix personnalités, avec 16 % qui lui font confiance pour y parvenir, et 82 % qui ne lui font pas confiance.

50 % des personnes interrogées font confiance à cet égard (44 % pas confiance) au maire de Bordeaux, qui devance de dix points le Premier ministre et l’ancien président de la République (40 % de confiance chacun, 55 % ne faisant pas confiance à Manuel Valls et 57 % à Nicolas Sarkozy).

En tête du palmarès de popularité

Alain Juppé est par ailleurs en tête du palmarès de popularité publié par le même institut lundi (55 % d’avis favorables). Une popularité qu'il a pu tester ce mercredi, en visitant l’université d’été du Medef ce mercredi. Une occasion supplémentaire d’être présent médiatiquement lors de cette rentrée et de continuer à engranger des soutiens…

 

 

*Sondage réalisé par téléphone les 22 au 23 août auprès d'un échantillon de 974 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus. Méthode des quotas.