Mélenchon «intéressé» par les positions de Montebourg sur l'économie

ECONOMIE Jean-Luc Mélenchon s'est dit «d'accord pour travailler avec tous ceux qui assurent la rupture»...

20 Minutes avec AFP
— 
Jean-Luc Mélenchon à Paris le 25 mai 2014.
Jean-Luc Mélenchon à Paris le 25 mai 2014. — ICOLAS MESSYASZ/SIPA

Jean-Luc Mélenchon, qui a quitté la coprésidence du Parti de gauche (PG), s'est déclaré mercredi «intéressé» par les positions sur l'économie d'Arnaud Montebourg, exclu du gouvernement.

«Ce qui m'a beaucoup intéressé dans l'attitude de Montebourg», a déclaré Jean-Luc Mélenchon à Europe 1, «c'est que pour la première fois, il aborde un sujet qui le place directement sur mon terrain, c'est la question de la citoyenneté dans l'entreprise et dans le domaine économique: qui décide?». «Jusqu'à présent il n'évoquait la VI-ème République que sur ses aspects institutionnels, c'est-à-dire le Parlement, le Sénat», a-t-il poursuivi.

«Je pense que je perds mon temps à commenter la trajectoire du corbillard que dirige M. Valls»

Jean-Luc Mélenchon s'est aussi dit «d'accord pour travailler avec tous ceux qui assurent la rupture», et «pourquoi pas» l'ancien ministre de l'Economie.

«Je n'ai pas l'intention de me laisser enfermer dans les chicayas des fractions de la gauche et chaque semaine soupeser lequel de celui-ci ou de celui-là se rapproche de moi ou s'éloigne de moi», a par ailleurs affirmé Jean-Luc Mélenchon au sujet de son avenir politique. «Je pense que je perds mon temps à faire ça et encore plus à commenter la trajectoire du corbillard que dirige M. Valls».

En revanche, a-t-il poursuivi, «je dois me donner tous les moyens pour réussir l'objectif que je me suis fixé». «J'ai besoin d'aller convaincre les gens qui ne sont pas membres de mon parti de former ensemble un mouvement pour que le peuple ait la parole et que ça soit la VI-ème République».