Remaniement: Manuel Valls se soumettra à un vote de confiance de l'Assemblée «en septembre ou en octobre»

LIVE Revivez l'interview post-remaniement du Premier ministre dans le JT de France 2...

N.Beu.

— 

Le Premier ministre Manuel Valls sur le plateau du JT de 20h de TF1, le 2 avril 2014
Le Premier ministre Manuel Valls sur le plateau du JT de 20h de TF1, le 2 avril 2014 — Patrick Kovarik AFP

Le grand ménage de la rentrée a bien eu lieu au gouvernement. Exit Montebourg et Hamon, les frondeurs du week-end, au revoir Filippetti et Cuvillier, qui n’ont pas souhaité conserver leur portefeuille, bienvenue à Emmanuel Macron, nouveau ministre de l’Economie. Najat Vallaud-Belkacem, quant à elle, est promue au ministère de l’Education, tandis que Fleur Pellerin hérite de la Culture.

Ce remaniement inattendu sera-t-il suffisant pour éteindre le feu qui couve dans la majorité? En excluant de son équipe certains de ses ministres les plus à gauche, le Premier ministre, Manuel Valls, espère en tout cas resserrer les rangs pour appliquer la politique que François Hollande et lui souhaitent mener. Invité de France 2 ce mardi soir, dans le cadre du JT de David Pujadas, il devrait réaffirmer les orientations de l’exécutif et s’expliquer sur les choix de personnes que le Président et lui ont faits dans la journée.

20h45
20h44: Ce live est désormais terminé. Retrouvez toutes les réactions à l'interview de Manuel Valls et au remaniement en direct par ici.
 
20h35
20h32: Les points à retenir de son interview
- Le remaniement n'était pas prémédité. «Les déclarations [de Montebourg et Hamon] ont provoqué cet acte d'autorité», dit Valls.
- Le Premier ministre se soumettra au vote de confiance de l'Assemblée nationale «en septembre ou en octobre».
- La politique économique de l'exécutif, cible des critiques des deux frondeurs, reste inchangée. L'objectif reste la réduction des déficits.
 
20h32
20h31: David Pujadas libère Manuel Valls
Cette interview post-remaniement est donc terminée.
 
20h31
20h30: «Une politique équilibrée»
«Il n'y a pas deux politiques possibles. La nôtre favorise les entreprises et soutient les ménages les plus modestes.»
 
20h30
20h28: «Nous sommes en train d'obtenir des résultats»
Le Premier ministre se félicite de batailler au niveau européen et d'avoir fait naître le «débat». Mais il reconnaît tout de même que les chiffres du chômage sont mauvais et le niveau de croissance bien trop faible.
20h28
20h26: Valls rejette le mot «austérité»
Il insiste sur les créations de postes dans l'Education nationale ou dans la police et la gendarmerie, de même que sur les investissements dans la recherche. Toutefois, l'objectif reste bien de faire des économies.
 
20h25
20h23: Valls sollicitera la confiance de l'Assemblée «en septembre ou en octobre»
 
20h23
20h22: Si ce n'était pas encore clair, Manuel Valls balaie l'éventualité d'une dissolution.
 
20h22
20h21: Valls, trop seul?
Le Premier ministre insiste sur «le soutien des radicaux de gauche et de l'immense majorité des députés socialistes». «La majorité, elle sera là. Si elle n'était pas au rendez-vous, nous ne pourrions pas poursuivre notre oeuvre.»
 
20h20
20h19: «Notre politique est la bonne»
Manuel Valls ne fixe pas d'autre cap. Et le Premier ministre d'en profiter pour se réjouir des «beaux visages» de ce nouveau gouvernement.
 
20h19
20h18: La nomination de Macron, tournant libéral?
«On ne peut pas être entrepreneur, banquier, dans ce pays? répond Manuel Valls. Cela fait des années qu'on se colle des étiquettes...» Emmanuel Macron est un ancien conseiller économique de François Hollande issu de la finance. Enarque, il a été ancien inspecteur des Finances et gérant de la Banque Rothschild.
 
20h17
20h16: «Quand l'Assemblée nationale vote une réforme, un projet, nous agissons. Nous avons une seule ligne et les membres du gouvernement ne peuvent pas se donner en spectacle.»
 
20h15
20h15: Il réaffirme l'objectif de réduction des déficits, qu'Arnaud Montebourg avait fustigé.
 
20h15
20h15: Interrogé sur l'existence de divergences entre lui et certains de ses ministres, le Premier ministre botte en touche.
 
20h14
20h13: «Nous étions tous d'accord sur le fait qu'il faut aider les grandes entreprises, les artisans, les start-ups. [...] Sans richesses, il n'y a pas de créations d'emplois.»
 
20h12
20h11: Valls se dit «peiné» par le départ de Montebourg et Hamon
 
20h11
20h10: Valls évoque pêle-mêle la menace islamiste en Irak, la guerre en Russie, le problème du chômage pour appeler son gouvernement à la «cohérence». Il ne peut accepter la remise en cause de la ligne politique de l'exécutif, dit-il.
20h09
20h09: «Je n'ai rien déclenché. Les faits et les déclarations ont provoqué cet acte d'autorité.»
 
20h09
20h03: Manuel Valls prend la parole
Retour sur le plateau. L'interview peut commencer. Si vous n'avez pas l'image, cela ressemble à peu de choses près à ça, les couleurs y compris.
20h07
20h06: Et re-bug sur France 2
Cette fois, une rupture de faisceau interrompt la liaison entre David Pujadas et Jeff Wittenberg, à l'Elysée.
 
20h02
20h01: Bug sur France 2
Les équipes techniques du journal télévisé s'emmêlent les pinceaux et lancent des images de l'annonce du nouveau gouvernement sans les explications du journaliste. Les mauvaises langues y verront un symbole.
 
19h59
20h: Le journal commence
Manuel Valls est déjà sur le plateau. Mais il va devoir attendre.
 
19h41

19h55: France 2 fait du teasing