Remaniement: Najat Vallaud-Belkacem propulsée numéro trois du gouvernement

PORTRAIT Elle devient ministre de l’Education nationale…

Anissa Boumediene

— 

Najat Vallaud-Belkacem,  nouvelle ministre de l'Education nationale et première femme à occuper ce poste.
Najat Vallaud-Belkacem, nouvelle ministre de l'Education nationale et première femme à occuper ce poste. — NIVIERE/SIPA

C’est la première femme à occuper ce poste. A 36 ans, Najat Vallaud-Belkacem vient d’être nommée ministre de l’Education nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, devenant ainsi la numéro trois du gouvernement.

Ascension et discrétion

Porte-parole de François Hollande pendant la campagne présidentielle, Najat Vallaud-Belkacem a su se rendre indispensable auprès du chef de l’Etat et a pris du galon à chaque remaniement. D’abord nommée ministre du Droit des femmes et porte-parole du gouvernement Ayrault en mai 2012, elle a hérité du ministère de la Ville, de la Jeunesse et des Sports avec le remaniement d’avril dernier.

Récompensée pour sa fidélité, sa mesure et sa discrétion, Najat Vallaud-Belkacem, née au Maroc et diplômée de Sciences Po, continue son irrésistible ascension politique et se hisse en troisième place du gouvernement Valls II.

Royaliste puis Hollandiste

Entrée au parti socialiste en 2002, Najat Vallaud-Belkacem fait ses premières armes l’année suivante en intégrant l’équipe de Gérard Collomb à Lyon. Elue en 2004 conseillère régionale en Rhône-Alpes, elle devient conseillère nationale du PS quelques mois plus tard. En 2007, Ségolène Royal la choisit pour être sa porte-parole durant la campagne présidentielle, un rôle qu’elle endosse à nouveau en 2011 lors de la primaire socialiste.

Désigné candidat du parti à la présidentielle, François Hollande la choisit à son tour pour être porte-parole durant sa campagne et, une fois élu, lui confie le porte-parolat du gouvernement.

Une rentrée sous haute tension

Najat Vallaud-Belkacem, qui succède à Benoît Hamon, va donc faire sa première rentrée scolaire en tant que ministre de l’Education nationale. Elle écope de l’épineuse réforme des rythmes scolaires, qui entre dans sa deuxième vague d'application à la rentrée et qui suscite toujours la controverse chez certains parents d’élèves.

Concernant les très polémiques «ABCD de l’égalité», censés lutter contre les stéréotypes filles-garçons, l’expérimentation n’a finalement pas été généralisée. Bon soldat, Najat Vallaud-Belkacem a malgré tout défendu le nouveau «plan d’action» sur l’égalité entre les filles et les garçons à l’école qui sera mis en oeuvre à cette rentrée, et nié toute reculade. Les adversaires du mariage homosexuel de «La Manif pour tous» n’ont pourtant pas manqué de voir dans sa nomination une «provocation».

Le seul axe sur lequel la ministre pourra trouver un écho positif est la création des 60.000 postes promis par le chef de l’Etat, que l’exécutif entend bien maintenir.

>> Que pensez-vous de la nomination de Najat Vallaud-Belkacem au ministère de l’Education nationale? Réagissez dans les commentaires ou via contribution@20minutes.fr