Remaniement du gouvernement: La presse nationale se passionne pour la crise politique

POLITIQUE Les quotidiens nationaux ont largement commenté le départ des trois ministres du gouvernement...  

20 Minutes avec AFP
— 
French Prime Minister Manuel Valls waves as he arrives the Elysee presidential palace for a meeting with the French president in Paris on August 25, 2014. French President Francois Hollande asked French Prime Minister Manuel Valls to form a new government following a much-criticised show of insubordination by the country's firebrand economy minister. A presidency statement said Valls had offered the resignation of his government -- a formality that allows him to form a new cabinet -- and the new line-up would be announced on August 26.     AFP PHOTO / DOMINIQUE FAGET
French Prime Minister Manuel Valls waves as he arrives the Elysee presidential palace for a meeting with the French president in Paris on August 25, 2014. French President Francois Hollande asked French Prime Minister Manuel Valls to form a new government following a much-criticised show of insubordination by the country's firebrand economy minister. A presidency statement said Valls had offered the resignation of his government -- a formality that allows him to form a new cabinet -- and the new line-up would be announced on August 26. AFP PHOTO / DOMINIQUE FAGET — AFP

Les quotidiens nationaux se focalisaient mardi sur la crise gouvernementale et ses multiples implications.

Une fois n’est pas coûtume, Libération et Le Figaro ont titré de la même manière: «Crise de régime». «Le coup d’éclat de Montebourg contre la politique économique de l’Elysée provoque la dissolution du gouvernement Valls», analyse le premier. «Attaqué dans son propre camp, victime d’une impopularité abyssale, François Hollande est confronté à une crise sans précédent», relève le second.

Le Monde et Les Echos ont titré dans le même esprit, «Valls change de gouvernement pour sortir de la crise politique» pour le premier et «Politique économique: Valls impose sa ligne».

L’Opinion disserte pour sa part sur «La majorité perdue de Hollande».

La crise politique décryptée par les éditorialistes

Toujours cinglant, L’humanité tape fort: «Dissolution du gouvernement, le garde à vous libéral». «Après la démission du gouvernement, les ministres en désaccord avec l’austérité sont écartés», rappelle le quotidien communiste.

La Croix juge que «Hollande et Valls défient le PS». «Après la crise déclenchée par les propos d’Arnaud Montebourg, le chef de l’Etat et le premier ministre veulent obliger leur parti, par la constitution d’un nouveau gouvernement, à se ranger derrière la politique orientée vers les entreprises et l’Europe», soutient le quotidien catholique.

«Quel spectacle!», s’exclame simplement Le Parisien. «Alors que la situation économique du pays inquiète les Français, la rentrée est marquée par une crise politique aussi grave qu’inattendue», explique le journal.