A Pessac, le 20 aout 2014, Emmanuelle Cosse secretaire nationale des Verts est venue presenter les journees d'ete des ecologistes aux cotes de Stephane Saubusse, secretaire regional.
A Pessac, le 20 aout 2014, Emmanuelle Cosse secretaire nationale des Verts est venue presenter les journees d'ete des ecologistes aux cotes de Stephane Saubusse, secretaire regional. — E.Provenzano / 20 Minutes

POLITIQUE

La transition énergétique au cœur des journées d'été des écologistes

Après Marseille l'an dernier c'est au tour de Bordeaux d'accueillir les journées d'été des écologistes qui se dérouleront sur le campus de Pessac, du 21 au 23 août...  

Avant la rentrée politique, environ 2000 personnes (élus, militants, sympathisants écologistes) sont attendues pendant trois jours à Bordeaux pour leur université d’été. Ségolène Royal, ministre de l’écologie, ne pourra être présente puisqu’elle est en visite au Brésil où elle rencontre la présidente Dilma Rousseff. Aucun ministre ne sera présent mais des délégations du parti de gauche, du parti socialiste et du parti communiste participeront aux débats. L’idée est aussi de préparer collectivement les échéances à venir, en particulier l’examen par le Parlement du projet de loi sur la transition énergétique, à la rentrée.

Sortir du tout nucléaire

«Le texte a des lacunes mais c’est un bon point de départ car c’est le premier texte en France qui va contingenter l’énergie nucléaire», a commenté Emmanuelle Cosse, la secrétaire nationale d’Europe Ecologie les Verts (EELV). Un premier pas pour mettre fin au tout nucléaire et rattraper le retard pris par la France dans le domaine des énergies renouvelables, notamment par rapport à l’Allemagne et au Portugal.

La fermeture de la centrale de Fessenheim, en Alsace, n’est pas inscrite dans le projet de loi mais le président de la République a assuré qu’elle fermerait au cours de la mandature.Les écologistes restent très mobilisés sur ce dossier comme sur celui de la centrale du Blayais (Gironde) et celle de Tricastin (vallée du Rhône). Le parti insiste sur la nécessité d’anticiper ces fermetures: «Le nucléaire est présenté comme un fleuron industriel en France alors même qu’il n’y a pas de filière industrielle du démantèlement!», pointe Sandrine Rousseau, porte-parole d’EELV.

«Lors de ces journées d’été, on va aussi s'interroger sur ce qu’on attend des écologistes après leur participation pendant deux ans au gouvernement», pointe la secrétaire nationale d’EELV.