UMP: Alain Juppé annonce sa candidature à la primaire de l'UMP

POLITIQUE Le maire de Bordeaux se lance dans la bataille pour la primaire...

Armelle Le Goff

— 

Alain Juppé, maire de Bordeaux et membre du triumvirat chargé provisoirement de la direction de l'UMP, lors d'une conférence de presse le 23 juin à Bordeaux
Alain Juppé, maire de Bordeaux et membre du triumvirat chargé provisoirement de la direction de l'UMP, lors d'une conférence de presse le 23 juin à Bordeaux — Mehdi Fedouach AFP

Alain Juppé, l’actuel maire de Bordeaux et coprésident par intérim de l’UMP annonce ce matin sur son blog sa candidature à la primaire de l’UMP en vue de 2017. «J’ai décidé d’être candidat, le moment venu, aux primaires de l’avenir. Il reste moins de deux ans pour les organiser (car le bon sens voudrait qu’elles aient lieu au printemps 2016). C’est un bon délai», écrit-il sur son blog dans une note intitulée «2017, bientôt…».

>> RÉAGISSEZ - Vous êtes militant UMP? Vous réjouissez-vous de la candidature d'Alain Juppé? Que pourrait-il apporter à la primaire? Et au parti? Répondez-nous dans les commentaires ou écrivez-nous à contribution@20minutes.fr

Une France forte, une Europe active

Au cœur de son argumentation, l’état du monde et de la France, qui selon lui, perd du terrain. Or, «Dans un tel contexte, nous aurions besoin d’une France forte, capable d’entraîner une Europe active. Ce n’est hélas! pas le cas».

Une popularité importante

En mai 2014, Alain Juppé annonçait ne pas avoir l’intention de se présenter à la présidence de l’UMP et «souhaiter que le candidat à la présidence de l’UMP s’engage à ne pas être candidat aux primaires, en vue de la présidentielle de 2017».

Ancien Premier ministre de Jacques Chirac, ancien ministre des Affaires étrangères de François Fillon, Alain Juppé, bénéficie d’une importante popularité (plusieurs sondages le proclamant «personnalité politique préférée des Français»). Et, depuis plusieurs mois, il cultive une stature d'«homme d’État», ce qui le fait apparaître comme un rival potentiel de Nicolas Sarkozy.

>> A lire ici UMP: Entre la présidence et la primaire, qui veut quoi?

Autres candidats pour être candidat à l’élection présidentielle

Autres candidats déclarés en vue de l’élection présidentielle de 2017? Xavier Bertrand, ancien ministre du Travail au sein du gouvernement de François Fillon et le député-maire de Saint-Quentin. Christian Estrosi, l’actuel maire de Nice, s’est aussi porté candidat mi-juin, précisant néanmoins qu’il n’irait pas jusqu’au bout si Nicolas Sarkozy se portait candidat à la présidence de l’UMP.

De son côté, François Fillon a indiqué dans une interview à l’Express qu’il se déciderait «le moment venu» quant à une candidature pour la présidence de l’UMP en novembre, tout en en rappelant que ce n’est pas là son «horizon». Son horizon étant clairement 2017 et l’élection présidentielle.

L'inconnue Nicolas Sarkozy

L'ancien président de la République Nicolas Sarkozy sera-t-il ou non candidat? C'est l'inconnue, qui pèse sur tout l'UMP et agace, jusqu'à ses plus fervents partisans comme Christian Estrosi. Selon Le Figaro, Nicolas Sarkozy souhaiterait d’abord revenir à la tête de l’UMP, dont le congrès se tient à l’automne. Dans la ligne de mire de l'ancien président: 2017, évidemment.