Pour Manuel Valls, «le risque de déflation est réel»

POLITIQUE Le Premier ministre s'est exprimé sur les priorités du gouvernement à la rentrée...

Audrey Chauvet
— 
Paris, le 16 juin 2014. Le Premier ministre Manuel Valls à Matignon.
Paris, le 16 juin 2014. Le Premier ministre Manuel Valls à Matignon. — ISA HARSIN/SIPA

A l'issue du séminaire de préparation de rentrée, le Premier ministre Manuel Valls a réaffirmé le cap de son gouvernement et précisé les priorités du gouvernement pour la rentrée:

- Relancer la croissance et l'emploi en soutenant les entreprises, notamment avec le pacte de responsabilité et la loi sur la simplification

- Réduire le déficit de la France de 50 milliards d'euros

- Mettre en oeuvre les lois sur la réforme territoriale, la transition énergétique et la simplification des entreprises après leur examen parlementaire

Malgré un «risque réel de déflation» et des «politiques économiques inefficaces dans la zone euro», Manuel Valls estime que les mesures de son gouvernement sont «du jamais vu» et pourront répondre à «la crise de confiance» des Français.

14h37 : Ce live est désormais terminé. Merci de l'avoir suivi.
14h12 : Manuel Valls salue l'action de Ségolène RoyalInterrogé par Le Parisien sur l'affaire de l'autoroute A381, Manuel Valls assure qu'il ne s'agit pas d'un désaveu de Ségolène Royal mais veut avoir tous les éléments en main pour faire le bon choix. Manuel Valls salue l'action de ses ministres et conclut son allocution.
14h07 : Autant de réformes, «C'est du jamais vu», se félicite le Premier ministreManuel Valls veut faire la démonstration que la France est engagée dans un «mouvement de réforme inédite»: «Il y a beaucoup de choses à attendre de la part de l'Union européenne mais cela ne veut pas dire pour autant que nous devons fuir nos propres responsabilité. La France vivait au-dessus de ses moyens (...) La réforme territoriale, 40 milliards d'aide aux entreprises, 50 milliards de réduction du déficit, c'est du jamais vu».
14h03 : «Nous ne sommes même pas à la mi-quinquennat»Interrogé sur un sondage concernant la popularité de François Hollande et la sienne, Manuel Valls évoque une «crise de confiance»: «Le seul moyen d'y répondre et de répondre aux attentes des Françias sur le chômage, le pouvoir d'achat, l'école, l'insécurité, est d'agir et réformer le pays. Nous ne sommes même pas à la mi-quinquennat donc l'objectif est de réformer».
14h00 : Soutenir les entreprises pour retrouver la croissanceManuel Valls assure que le gouvernement a fait des choix «équilibrés». Le soutien à la croissance passe pour lui par le soutien aux entreprises: 40 milliards d'euros pour les PME et PMI notamment pour qu'elles créent de l'emploi. «Nous avons fait des choix en matière de pouvoir d'ahcat par la baisse des impôts», ajoute Manuel Valls, précisant que les investissements seront aussi soutenus. La loi sur le pouvoir d'achat «vise à lutter contre les rentes et les privilèges», note le Premier ministre.
13h56 : Manuel Valls maintient le cap du gouvernementLe Premier ministre ne change pas de cap: «La France s'est enlisée pour n'avoir pas su se réformer, ma responsabilité est de réformer, de le faire vite dans la vérité et avec volonté. J'ai pleinement confiance en mon gouvernement pour continuer d'agir collectivement avec force, avec la fermeté nécessaire, pour mener les réformes dont notre pays a besoin et que les Français attendent de nous.»Manuel Valls annonce que les ministres se retrouveront le 20 août prochain pour caler l'agenda des réformes.
13h54 : Huit domaines d'action prioritairesLe Premier ministre insiste sur huit domaines pour lesquels des actions fortes et ambitieuses seront menées:- le tourisme et l'attractivité, sous l'impulsion de Laurent Fabius,- le numérique qui est «la croissance de demain»,- le nucléaire, «une filière d'excellence française pour laquelle nos champions EDF et Areva doivent redéfinir leur plan stratégique à long terme»,- la ruralité- la culture, l'audiovisuel public et privé- l'école et la jeunesse, avec Benoît Hamon, pour que l'école «tienne sa promesse républicaine»
13h49 : Carte territoriale, transition énergétique et simplification des entreprises au menu du ParlementD'autres réformes de structure seront à l'ordre du jour parlementaire à la rentrée: l'achèvement de la nouvelle carte terrioriale, la loi sur la transition énergétique et la croissance verte, loi sur la simplification des entreprises et lutte contre le terrorisme.Que prévoit la réforme territoriale?Transition énergétique: Que va changer la loi?
13h47 : Emploi, investissement et pouvoir d'achat: les priorités de la rentréeLa conférence sociale sera l'occasion de faire le point sur l'emploi, l'investissement donnera lieu à des assises fin septembre et des mesures soutiendront les investissements privés et publics. La loi que prépare le ministre de l'Economie aura des effets très concrets sur le quotidien des Français en matière de pouvoir d'achat, assure Manuel Valls.
13h45 : «Le risque de déflation est réel»«La rentrée sera difficile», annonce Manuel Valls. «Le risque de déflation est réel», ajoute-t-il. «Nous devons nous en tenir au pacte de responsabilité et de solidarité»: c'est grace à cette mesure que Manuel Valls veut renforcer l'économie française. La croissance est «trop faible» et le Premier ministre veut continuer à réduire le déficit à «un rythme équilibré».Chouette les prix baissent... Mais il ne faudrait pas que ça dure
13h42 : «Les politiques économiques de la zone euro ne sont pas efficaces»«Les politiques économiques de la zone euro ne sont pas efficaces», accuse le Premier ministre. Manuel Valls parle également du contexte national: «Les Français doutent de la capacité des responsables publics à agir, à avoir prise sur le réel». «La crise économique et sociale qui frappe notre pays se double d'une crise de confiance que nous devons impérativement endiguer», ajoute Manuel Valls, qui dit avoir demandé ce matin aux membres du gouvernement de ne pas relâcher leur vigilance pendant ces vacances qui sont «une pause et non un arrêt».
13h39 : «Réformer, réformer, réformer inlassablement»Manuel Valls annonce que «La feuille de route du gouvernement est claire: amplifier le mopuvement amorcé au cours des quatre derniers mois.» Dans un contexte international «difficile», le Premier ministre évoque les crashs aériens, les drames sanitaires comme le virus Ebola et le conflit israélo-palestinien, faisant allusion à une «peur», une «perte de repères» et de nombreuses fractures dans la société française.
13h31 : L'intervention de Manuel Valls doit commencer «d'une minute à l'autre»